Côte d’Ivoire : Doudou Diène plaide pour plus d’équité de la justice

Écouter /

Doudou Diene en visite dans les villes ivoiriennes de Boundiali et Duékoué en novembre 2011 (Photo : ONU/Basile Zoma)

La situation des droits de l’homme en Côte d’Ivoire est caractérisée par des progrès démocratiques, économiques et sociaux décisifs et des défis majeurs découlant de la profondeur historique de la crise, la gravité des violations durables des droits de l’homme et des tentatives violentes de déstabilisation

 sécuritaire. Devant le Conseil des droits de l’homme ce mardi à Genève, Doudou Diène a donc plaidé pour une équité de la justice tout en demandant un soutien vigilant de la communauté internationale pour renforcer une justice impartiale.

 Cela permettrait selon l’Expert indépendant de renforcer une culture des droits de l’homme nourrie par les valeurs et pratiques traditionnels du vivre ensemble, mais ce soutien international devrait se traduire par la « levée urgente de l’embargo pour faire face aux défis internes et externes ».

Selon Doudou Diène, les défis majeurs auxquels est confronté la Côte d’Ivoire tournent autour de la reconstruction démocratique et socio-économique ; la promotion d’une éthique politique nationale, la revitalisation du vivre ensemble et l’éradication de la culture de la violence.

Par ailleurs sur dossier de la justice, il a indiqué que la ratification positive du Traité de Rome sur la Cour Pénale Internationale (CPI) doit être suivie d’une coopération ferme et sans réserves avec la CPI de nature à crédibiliser cette ratification auprès de la communauté internationale. « La lutte contre l’impunité est en marche mais demeure à ce jour à sens unique, essentiellement orientée vers les partisans de l’ancien président Gbagbo », fait remarquer Doudou Diène.

Dans ces conditions, pour que le processus judiciaire soit utile à la société ivoirienne dans son ensemble, il est essentiel de poursuivre les auteurs des violations des droits de l’homme sans distinction de leur appartenance politique, tribale, régionale ou religieuse.

Il a énuméré ce qu’il appelé les cinq « tendances lourdes » auxquelles la Côte d’Ivoire est confrontée. Tout d’abord, la polarisation politique reste un défi majeur malgré le processus de dialogue politique en cours. En outre, la construction progressive d’une politique nationale de respect et de promotion des droits de l’homme est confrontée au défi de l’impunité et de l’équité de la justice. En troisième lieu, l’Expert indépendant constate un climat sécuritaire, fragilisé à la fois par la résilience des tentatives violentes de déstabilisation de l’appareil sécuritaire d’Etat et par les violations des droits de l’homme commises. La quatrième tendance lourde concerne une situation économique et sociale en progrès. Enfin, le pays est « confronté à un contexte sous-régional caractérisé par la montée des périls de l’intolérance et de la fragmentation religieuse et communautaire dans la zone sahélo-saharienne ».

(Extrait sonore : Doudou Diène, Expert indépendant sur la situation des droits de l’homme en Côte d’Ivoire ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Le dernier journal
Le dernier journal
17/09/2014
Loading the player ...