Conseil des droits de l'homme: les rapports du Guatemala, Bolivie et Colombie passés au crible

Écouter /

Le Conseil des droits de l’homme à Genève (photo: ONU/ J.M. Ferré)

Le Conseil des droits de l'homme a passé au crible la situation des droits humains au Guatemala, en Bolivie et en Colombie. Les services de Navi Pillay se sont surtout préoccupés du sort des peuples autochtones et des défenseurs des droits de l'homme dans ces pays d'Amérique Latine, mais aussi des cas d'exécutions extrajudiciaires et de la lutte contre l'impunité en général.

 

Tout en saluant les mesures prises par le Guatemala pour lutter contre l'impunité des violations des droits humains, la corruption et le crime organisé, le Haut-Commissairiat aux droits de l'homme de l'ONU dénonce pourtant une insécurité généralisée. Les services de Navi Pillay critiquent aussi la discrimination à l'égard des peuples autochtones, mais aussi la violence contre les femmes et les défenseurs des droits humains.

Le sort des activistes est également inquiétant en Colombie où une action déterminée est requise sans oublier les violations du droit à la vie par les forces de sécurité. La Haut-Commissaire s'inquiète en outre de l'impunité prévalant dans les cas d'exécutions extrajudiciaires et l'adoption de réformes constitutionnelles qui étendent la compétence des juridictions militaires. Ce qui marque un recul dans la lutte contre l'impunité à Bogota.

Autre source de préoccupation en Amérique Latine, la Bolivie où le droit des peuples autochtones reste un défi comme en témoigne le projet de construire une autoroute dans un parc national se trouvant sur un territoire autochtone. Néanmoins, le Haut Commissariat se réjouit de l'impact des programmes sociaux à la Paz qui ont permis de réduire la pauvreté et l'extrême pauvreté, ainsi que le taux d'abandon scolaire.

L'autre point positif est relatif aux mesures prises pour appliquer la Loi sur la restitution des terres en Colombie. Mais pour le Haut Commissariat, une coordination plus étroite des autorités de Bogota est nécessaire pour continuer à traiter des menaces et des attaques à l'encontre des autorités et des demandeurs impliqués dans les processus de restitution de terres.

Au Guatemala, l'équipe de Navi Pillay salue les mesures prises pour lutter contre l'impunité, avec notamment les poursuites lancées à l'encontre de l'ancien chef de l'État, pour génocide et crimes contre l'humanité. Une décision qui constitue une étape historique pour « combattre l'impunité et un développement important pour les victimes ».

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève)

Le dernier journal
Le dernier journal
17/09/2014
Loading the player ...