RDC : Roger Meece fait un bilan négatif de la situation sécuritaire

Écouter /

Roger Meece, Représentant spécial du Secrétaire général pour la République démocratique du Congo (Photo : ONU/JC McIlwaine)

Avant la signature de l'accord cadre régional qui doit permettre de pacifier l’est de la République démocratique du Congo (RDC) et qui prévoit notamment un renforcement des capacités de la Mission de l’ONU dans le pays et un engagement des États de la région à ne soutenir ou financer aucun groupe armé; Roger Meece, Représentant spécial de Ban Ki-moon en RDC a dressé un bilan sécuritaire négatif devant le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Roger Meece peint une situation sécuritaire générale à l'Est du pays qui continue de se dégrader.

Certaines zones ont connu, selon lui une détérioration significative sur les plans sécuritaire et humanitaire. Dans le nord Kivu la plus grande menace continue d'émaner du M23. Depuis leur prise de Goma suivie de leur retrait fin 2012, l'émergence des M23 a eu des conséquences néfastes directes et indirectes sur le nord Kivu et les provinces avoisinantes. Le groupe a consolidé son administration et sa structure au nord Kivu. Les violences et menaces d'actes de violences contre les autorités locales n'ont pas cessées. à cela s'ajoutent l'endoctrinement et le recrutement -notamment- par la force de nouveaux combattants et de mineurs. Bref la posture militaire des M23 reste immuable. Le Mouvement maintient ses bases militaires tout juste aux alentours de Goma et à proximité de l'aéroport. Il semble toujours détenir des armes et munitions de haut calibre.

À l'exposé bilan de la situation sur le terrain, succède le propos d'Ignace Gata Mavita wa Lufuta, Ambassadeur de la RDC à l'ONU qui lui, mise sur les solutions : Le renforcement du mandat de la MONUSCO entre autres.

Concernant l'initiative visant à transférer la responsabilité de certaines tâches de la MONUSCO à des membres de l'équipe des pays des Nations Unies, l'Ambassadeur congolais est prudent. Son gouvernement dit-il se prononcera, lorsque le Secrétaire général de l'ONU soumettra son rapport à ce sujet au Conseil de sécurité.

Enfin à 48 heures de la signature de l'accord cadre censé pacifier la RDC et qui doit être signé par la RDC, le Rwanda, l’Ouganda, le Burundi, l’Angola, le Congo, l’Afrique du Sud et la Tanzanie, l'Ambassadeur congolais à l'ONU persiste et signe : sans toutefois nommer un pays en particulier, la déstabilisation de la RDC provient bel et bien, selon lui de l'extérieur

(Mise en perspective de Maha Fayek; avec des extraits sonores de Roger Meece, Représentant spécial de Ban Ki-moon en RDC et d'Ignace Gata Mavita wa Lufuta, Représentant permanent de la République démocratique du congo aux Nations Unies)

Le dernier journal
Le dernier journal
25/07/2014
Loading the player ...