RDC : Ban Ki-moon exhorte les États signataires à s'engager à long terme en faveur de l'accord de paix signé à Addis-Abéba

Écouter /

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a exhorté les dirigeants régionaux africains à fournir un soutien continu aux plus hauts niveaux politiques et diplomatiques pour mettre en œuvre le nouvel accord signé dimanche et soutenu par les Nations Unies visant à la stabilisation de la République démocratique du Congo (RDC).

“C’est mon espoir sincère que l'Accord-cadre mènera à une ère de paix et de stabilité pour les peuples de la République démocratique du Congo et la région des Grands Lacs», a déclaré le Secrétaire général, lors de la cérémonie de signature dans la capitale éthiopienne, Addis-Abéba.

Ban Ki-moon a souligné que cette signature est un événement important, mais qu'elle n'est que le début d’une “approche globale qui exigera un engagement soutenu.” En incluant la RDC, onze pays africains – l’Angola, le Burundi, la République centrafricaine, la République du Congo, le Rwanda, l’Afrique du Sud, le Soudan du Sud, l’Ouganda et la Tanzanie – ont signé l'Accord-cadre de paix de sécurité et de coopération pour la République démocratique du Congo et la région.

Ce faisant, les États s’engagent à préserver et à protéger la souveraineté territoriale, ainsi que la paix et la stabilité de la République démocratique du Congo, a déclaré Ban Ki-moon.

L’ONU, l’Union africaine, la Conférence internationale des onze pays sur la Région des Grands Lacs, et les 14 membres de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) agissent en tant que garants. Un envoyé spécial de l’ONU devrait être nommé pour soutenir la mise en œuvre de l'Accord-cadre.

Le Secrétaire général a déclaré qu’il avait été profondément troublé par la violence qui a éclaté en avril 2012 dans la partie orientale du pays avec la rébellion du M23 – composée d’anciens soldats de l’armée nationale. Les affrontements entre les combattants du M23 et les Forces armées de RDC (FARDC) ont déplacé près d’un million de personnes dans le Nord-Kivu, et entraîné ces dernières semaines, l'exode de plus de 300.000 personnes supplémentaires à la suite des combats dans la province du Katanga située au sud-est du pays.

Suite à la signature d’aujourd’hui, Ban Ki-moon a souligné que les partenaires régionaux doivent agir sur les engagements et les mécanismes de contrôle qui visent à résoudre les principaux problèmes nationaux et régionaux.

«Je demande donc de votre part un appui politique, technique et financier soutenu, en particulier sur le long terme, pour accompagner la mise en œuvre des engagements nationaux et régionaux énoncés dans le Cadre», a déclaré le Secrétaire général.

Il a exhorté les membres participants à se réunir au moins deux fois par an, en marge des sommets de l’UA et en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies, qui a lieu chaque année en septembre, à New York, pour examiner les progrès dans la mise en œuvre du Accorc-cadre et de s’entendre sur la voie à suivre.

«Votre participation active aux mécanismes de surveillance nationaux et régionaux sera également essentielle pour la réussite de ce processus”, a souligné Ban Ki-moon.

Dans un rapport spécial qui sera publié dans les prochains jours, Ban Ki-moon, décrit une “nouvelle approche globale” pour s’attaquer aux causes profondes du conflit dans le pays et la région, avec tous les partenaires concernés. Le rapport comprend diverses composantes du cadre signé aujourd’hui, et prône un rôle pollitique et sécuritaire renforcé de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO).

Ces derniers mois, il y a eu un soutien croissant des États Membres et des hauts fonctionnaires de l’ONU pour déployer une «brigade d’intervention» dotée d'un mandat dépassant le mandat traditionnel des opérations de maintien de la paix des Nations Unies. La brigade serait composée des pays contributeurs de troupes et fonctionnerait sous l’égide de la MONUSCO. La décision d’approuver un tel déploiement est actuellement en discussion au Conseil de sécurité de l’ONU.

Les pays de la région “se sont engagés à mettre en œuvre« une telle brigade, a déclaré Ban Ki-moon.

S’adressant aux journalistes après la cérémonie de signature, Ban Ki-moon a ajouté qu’il informera le Conseil de sécurité, à son retour à New York, et qu’il s’attend à ce que les quinze États Membres du Conseil prennent «très bientôt» une décision.

En marge de la cérémonie de signature, le Secrétaire général s’est entretenu en privé avec le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila Kabange, et avec le Vice-président de l’Ouganda Edward Ssekandi, le président ougandais Yoweri Kaguta Museveni ayant été empêché.

Ban Ki-moon a également parlé avec Hailemariam Dessalegn, Premier ministre de la République fédérale démocratique d’Ethiopie et Président de l’Union africaine, dont le pays a accueilli la cérémonie de signature d’aujourd’hui. Il a aussi tenu une réunion bilatérale avec le Président de la République du Mozambique et président de la SADC, Armando Emílio Guebuza, qui a exprimé son soutien pour la création d'une brigade militaire au sein de la MONUSCO.

Dans le cadre de réunions bilatérales sur la situation dans d’autres pays africains, le Secrétaire général s’est entretenu avec le Président de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, avec qui il a discuté de la situation politique au Kenya, au Mali et en Somalie. Ban Ki-moon a également noté l’absence de progrès dans la résolution des questions en suspens entre le Soudan et le Soudan du Sud ainsi que la détérioration de la sécurité dans certaines régions du Darfour.

Par ailleurs, Ban Ki-moon a rencontré le Ministre des affaires étrangères de la République centrafricaine, le colonel Parfait Anicet Mbay, pour discuter des développements politiques et de la sécurité dans ce pays.

L'Accord-cadre sur la RDC signé aujourd’hui aurait du l'être lors du sommet de l’Union africaine à Addis-le 28 janvier, mais a été retardé par ce que Ban Ki-moon a qualifié des «questions de procédure».

(Mise en perspective : Jérome Longué)

Le dernier journal
Le dernier journal
24/07/2014
Loading the player ...