Paix en RDC : « les pourparlers de Kampala vont se poursuivre » a affirmé Joseph Kabila à Addis Abeba

Écouter /

Le président de la Répulique démocratique du Congo, Joseph Kabila, lors de la célébration de 50 ans de l’indépendance à Kinshasa en 30 juin 2010

Au cours d'une conférence de presse dimanche 24 février à Addis Abeba, le Président de la République démocratique du Congo (RDC) a estimé que les pourparlers de Kampala entre la RDC et le M23 vont se poursuivre. Cependant, Joseph Kabila prévient que ces discussions doivent s'achever très rapidement.

«Il est temps, plus que temps, que nous garantissions à nos populations le droit à la vie et la jouissance soutenue au bien-être le plus précieux qu'ils attendent de leurs dirigeants, à savoir la paix», a déclaré dimanche 24 février, à Addis Abeba, le chef de l'Etat congolais Joseph Kabila quelques minutes avant la signature de l'accord de paix sur la RDC. Onze États africains, ainsi que le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, ont signé cet accord pour ramener la paix dans l'Est de la RDC.

«Il est temps, plus que temps, que nous tournions définitivement le dos à cette logique d'un autre âge fondé sur la loi de la force plutôt que sur la force de la loi, qui confond vengeance et justice, et qui autorise le plaignant à rendre des sentences dans sa propre cause et à les exécuter lui-même », a aussi déclaré le chef de l'Etat congolais à la tribune de l'Union africaine.

L'accord cadre pour la pacification de la partie Est de la RDC, en proie à des conflits à répétition, a été signé à Addis Abeba (Ethiopie) par onze Etats africains.

Les chefs d'Etats de la RDC, de l'Afrique du Sud, du Mozambique, du Rwanda, du Congo-Brazzaville et de la Tanzanie ont fait le déplacement à Addis Abeba pour signer ce nouvel accord, tandis que ceux de l'Ouganda, l'Angola, le Burundi, la Centrafrique et la Zambie se sont fait représenter.

La signature a eu lieu en présence des facilitateurs desdits travaux, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, et la présidente de la Commission de l'Union africaine, Dlamini Kosa Zana.

Le Secrétaire général de l'ONU, également signataire en tant que garant de la bonne application du texte, a dit espérer que cet accord mènera à une ère de paix et de stabilité pour les peuples de la RDC et de la région.

Ban Ki-moon a ajouté qu'il ne s'agit que du début d'une approche globale qui nécessitera un engagement soutenu de la part des pays de la région, pour apaiser cette zone mise à mal par de nombreuses rébellions.

De leur côté, les chefs d'Etat ou représentants des onze pays signataires ont fait part de leur engagement à respecter cet accord, afin de promouvoir la paix en RDC et dans la région.

(Extrait sonore : Joseph Kabila, Président de la République démocratique du Congo ; propos recueillis par Radio Okapi)

Le dernier journal
Le dernier journal
31/10/2014
Loading the player ...