Mali : les humanitaires préoccupés par la volatilité de la situation au Nord

Écouter /

Des opérations humanitaires pour les localités du nord Mali (Photo: Nancy Palus/IRIN).

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA) s'est vivement préoccupé de la volatilité de la situation dans le nord du Mali et a dénoncé ces « informations effrayantes » en matière de droits de l’homme. « La situation reste extrêmement volatile », a déclaré un porte-parole d'OCHA, lors d’un point presse ce vendredi à Genève.

« Du nord, nous avons entendu des informations effrayantes faisant état de violations des droits de l’homme, de recrutement d’enfants et de violences sexuelles en hausse », a souligné Jens Laerke. Dans cette partie septentrionale malienne, plus de 1,2 million de personnes sont affectées par le conflit.

« Une évaluation multisectorielle menée par International Medical Corps (une ONG, ndlr) à Tombouctou a confirmé que les violences physiques à l’encontre de la population, la présence d’enfants dans les groupes armés et leurs conséquences psychosociales sont des problèmes graves”, rappelle toutefois un rapport d’Ocha publié le 20 février. Dans ce bulletin humanitaire, OCHA explique que « suite à de nouvelles informations de presse sur des exactions qui auraient été commises par des soldats maliens dans le Nord, le Premier ministre malien Diango Cissoko a déclaré le 19 février que de telles exactions, si elles étaient prouvées, devaient être punies ».

Par ailleurs, les agences humanitaires de l'ONU admettent que l'accès continue de s’améliorer dans les régions de centre du Mali et, jusqu’à un certain point, dans celles du nord. La route Douentza-Gao a été rouverte. « Toutefois, l’accès au nord reste limité en raison des menaces dues aux mines, aux récentes violences aux opérations militaires en cours », lit-on dans le dernier bulletin humanitaire d'OCHA sur la situation au Mali.

La protection reste une priorité urgente, notamment en termes de risques posés par les restes explosifs de guerre et les mines, de respect des droits de l’homme, de violence basée sur le genre et de protection des enfants.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU rappelle que près de 16.000 nouveaux déplacés sont arrivés dans les régions de Mopti, Ségou et Bamako en provenance des régions du nord (Gao, Kidal, Tombouctou) entre le 12 janvier et le 10 février. Cette estimation est basée sur le suivi de mouvements de passagers dans les gares routières et sur les transports sur le fleuve Niger.

Au total, l’ONU a recensé plus de 227.200 déplacés au Mali au 31 décembre. Par ailleurs, plus de 167.700 réfugiés maliens sont enregistrés dans les pays voisins.

A la date du 19 février, l’appel de l’ONU pour le Mali avait reçu seulement 4% des 373 millions de dollars demandés.

(Extrait sonore : Jens Laerke, porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA) ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Le dernier journal
Le dernier journal
22/07/2014
Loading the player ...