Indonésie : l'ONU s'inquiète d'une loi qui menace les libertés de religion et d’association

Écouter /

Maina Kiai, Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit de réunion pacifique et d'association

Un groupe d’experts indépendants des Nations Unies a appelé jeudi 14 février le gouvernement de l’Indonésie à amender une loi qui exige l'adhésion des nouvelles organisations dans le pays à la doctrine officielle de l’État, qui consiste à promouvoir la croyance en un seul Dieu et impose des restrictions à tous les types d’activités auxquelles ces organisations peuvent se livrer.

« L’État doit veiller à ce que toute restriction aux droits de liberté d’association, d’expression et de religion soit justifié dans une société démocratique, corresponde à l’objectif poursuivi et ne remette pas en question les principes de pluralisme, de tolérance et d’ouverture d’esprit », a expliqué Maina Kiai, le Rapporteur spécial sur le droit de réunion et d’association pacifiques.

Heiner Bielefeldt, a tenu à rappeler de son côté que cette liberté doit aussi s’entendre comme la liberté d’être athée ou non religieux.

« Le recours à un tel système pourrait entraver l’autonomie des organisations de la société civile et leurs droits à la vie privée et à la liberté d’expression », s’est inquiété Frank La Rue, le Rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression.

Et Margaret Sekaggya, Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits de l’homme, s'est dit préoccupée de constater qu’un certain nombre de dispositions dans cette loi pourraient entraver le travail des organisations de la société civile en matière des droits de l’homme dans le pays.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Le dernier journal
Le dernier journal
23/04/2014
Loading the player ...