FAO : associer les arbres à l'agriculture pour la sécurité alimentaire et un monde plus vert

Écouter /

Des millions de personnes pourraient échapper à la pauvreté, à la faim et à la dégradation de l’environnement si les pays déployaient davantage d’efforts pour promouvoir l’agroforesterie, un mode d’occupation du sol associant arbres et production agricole, selon un nouveau guide publié ce mardi par l'Organisation des Nations Unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO).

Selon la FAO, l’agroforesterie est une source importante de produits aussi bien locaux (bois, fruits et fourrage) que d’exportation (noix de coco, café, thé, caoutchouc, gomme, etc..). Près de la moitié des terres agricoles de la planète possèdent une couverture arborée d’au moins 10%, d’où l’importance de cette pratique ancestrale pour les moyens d’existence de millions de personnes.

L'une des principales barrières à l'agroforesterie a été l'emphase mise sur l'agriculture industrielle, dont le résultat a été une grande fragmentation du paysage, une perte de biodiversité, des problèmes d'érosion et des productions agricoles même industrielles en baisse, et dont les niveaux sont difficiles à récupérer, signale Michelle Gauthier ingénieur forestier au sein de la FAO.

Le nouveau guide “Advancing agroforestry on the Policy Agend” est destiné à un public de décideurs, de conseillers politiques et de responsables d’ONG et d’institutions gouvernementales, la FAO explique comment intégrer l’agroforesterie dans les stratégies nationales tout en adaptant les politiques aux conditions spécifiques de ce mode d’occupation du sol. L’ouvrage éclaire le lecteur sur les meilleures pratiques en matière d’agroforesterie, cite des exemples de réussite et tire les leçons des défis et échecs.

(Extrait sonore : Michelle Gauthier ingénieur forestier à la FAO; propos recueillis par Cristina Silveiro)

Le dernier journal
Le dernier journal
18/04/2014
Loading the player ...