Droits des femmes : ouverture de la 54eme session du CEDAW à Genève

Écouter /

Cinquante-troisième session du Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (Photo : ONU/Paulo Filgueiras)

Le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) a ouvert lundi 11 février les travaux de sa cinquante-quatrième session, en élisant Nicole Ameline, experte de la France, au poste de présidente, avant d’adopter son ordre du jour et son programme de travail, qui prévoient l’examen, au cours de la session, des rapports de l’Angola, de l’Autriche, de Chypre, de l’ex-République yougoslave de Macédoine, de la Grèce, de la Hongrie et du Pakistan.

La nouvelle présidente du Comité a souligné qu’elle s’attacherait à assurer la visibilité du Comité tant à Genève qu’à New York et à persévérer dans l’amélioration de ses méthodes de travail. Le Comité devra définir une nouvelle stratégie pour le renforcement de son rôle et de sa place dans la réforme en cours, la valorisation du travail et des observations générales, ainsi que la réalisation de l’égalité de facto entre les sexes.

Jacob Schneider, de la Division des traités des droits de l’homme au Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l’homme, est également intervenu pour saluer le fait que le Comité allait procéder à l’examen du rapport de la Haut-Commissaire sur le renforcement du système des organes conventionnels. Il a aussi souligné que le Haut-Commissariat attendait avec intérêt la position du Comité sur la mise en œuvre des recommandations et des directives adoptées lors de la réunion des organes conventionnels de l’an dernier, notamment s’agissant de la procédure simplifiée de soumission des rapports, à laquelle le Haut-Commissariat attache beaucoup d’importance.

Concernant les événements ayant requis une intervention de la Haut-Commissaire, Jacob Schneider a mentionné sa condamnation publique exprimée après l’attentat contre la vie de la jeune pakistanaise Malala Yousufzai, qui militait en faveur des droits des filles à l’éducation. Elle a également vivement condamné le viol collectif perpétré, le 16 décembre dernier en Inde, contre une étudiante de 23 ans, et appelé le Gouvernement indien à prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la condamnation et la pénalisation du viol.

(Extrait sonore : Jacob Schneider, de la Division des traités au Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l’homme)

Le dernier journal
Le dernier journal
30/07/2014
Loading the player ...