Conseil des droits de l'homme : la lutte contre l'impunité essentielle pour une paix durable, selon Navi Pillay

Écouter /

Navi Pillay, Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme (Photo : ONU/Jean-Marc Ferré)

La Haut Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU a présenté, ce jeudi après midi à Genève, son rapport annuel 2012. Une année marquée par de graves crises, en particulier en République arabe syrienne, dans les territoires palestiniens occupés, en République démocratique du Congo, au Mali et dans la région du Sahel. Des crises qui ont souvent causé de graves violations des droits de l'homme, commises dans un climat d'impunité. Dans ce rapport annuel présenté devant le Conseil des droits de l'homme, Navi Pillay note que la communauté internationale continue de se montrer incapable de prévenir les situations de violences et de conflits généralisés et d'y mettre fin, comme c'est le cas en Syrie.

« 2012 a été une année redoutable pour les droits humains dans le monde », a souligné Navi Pillay. Et sur la situation en Syrie, la Chef des droits de l'homme de l'ONU regrette une nouvelle fois l'incapacité de la communauté internationale à prévenir les situations de violences et de conflits généralisés et d'y mettre fin. Selon Navi Pillay, la concrétisation du concept de protection continue d'être en butte à de sérieux obstacles, notamment au Conseil de sécurité de l'ONU. Dans son rapport annuel, la Haut Commissaire aux droits de l'homme souligne plus que jamais, la nécessité d'accorder la priorité aux personnes et à leurs droits. Non sans rappeler que la lutte contre l'impunité est essentielle pour une paix durable.

« Vingt ans après les événements du Rwanda et de la Bosnie-Herzégovine, dont le souvenir continue de la hanter, la communauté internationale demeure incapable de prévenir de telles situations ou d'y mettre fin », souligne ce rapport.

Lors de la présentation du rapport, la Chef des droits de l'homme a déclaré devant le Conseil des droits de l'homme que la promotion de l'égalité de genre et les droits des femmes figuraient parmi ses priorités. Alors que l'on continue d'être témoins d'actes de violence atroces envers les femmes partout dans le monde, l'action du Haut-Commissariat s'est concentrée sur la fourniture d'un soutien direct aux femmes et jeunes filles victimes de violations de leurs droits. La Haut-Commissaire a mentionné le cas d'une étudiante violée et tuée qui a défrayé la chronique en Inde, se félicitant de la réaction des autorités qui ont nommé une commission spéciale. Elle a souhaité que ses recommandations se traduisent dans les faits.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève ; avec un extrait sonore de Navi Pillay, Haut Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU)

Le dernier journal
Le dernier journal
22/08/2014
Loading the player ...