CARICOM : les grands problèmes de la région ont été discutés au sommet de Port-au-Prince

Écouter /

Le 24e sommet de la CARICOM a pris fin à Port-au-Prince. Le Président d’Haïti Michel Martelly parle de succès.

Le 24e sommet de la CARICOM, la Communauté des Caraïbes, qui a pris fin mardi 19 février 2013, se voulait surtout un espace pour permettre aux pays de la région de discuter de leurs problèmes communs. Il s'agit notamment du renforcement de la lutte régionale contre le crime, du rapport régional pour la stabilité financière, de l'assistance régionale à la stratégie commerciale et l'introduction du français comme langue officielle de travail à la CARICOM à côté de l'anglais.

Plusieurs résolutions ont été adoptées à la fin de ce sommet qui s'est tenu du 18 au 19 février à Port-au-Prince, en Haïti.

Le Président Michel Martelly a placé l’absence d’un système de transport caribéen, au cœur des problèmes liés à la libre circulation des personnes et des biens dans la Région. Pour lui, la diversité constitue une richesse. « La culture des autres fait partie du patrimoine de nous tous. L’intégration est aussi la possibilité pour l’autre d’exprimer son unicité. Notre communauté est une tour de Babel, qui doit être évaluée », a-t-il déclaré.

Le Président haïtien a aussi insisté sur la mobilisation des peuples de la région, autour de valeurs et d'objectifs communs. « Tout en étant conscients de certaines limites, notre processus d’intégration n’atteindra pas l’harmonie nécessaire à son perfectionnement si nos concitoyens n’apprennent pas à se connaître et à s'apprécier les uns les autres et s'ils n’ont pas la possibilité de travailler ensemble. C’est le prix de l’unité et de la solidarité, pour lequel nous luttons tous », a-t-il souligné.

L’Ambassadeur Irwin Larocque, Secrétaire Général de la CARICOM, a abordé durant ce sommet le fardeau de la dette et les politiques des institutions financières internationales, qui ont exclu de nombreux États membres du financement concessionnel, et qui repose sur des critères qui ne conviennent pas à la situation de la région.

De son côté, le Premier Ministre de St-Vincent-et-les Grenadines, Ralph E. Gonsalves a indiqué que « il y aura des suites à cette réunion et cela aboutira inévitablement à l’amélioration des conditions de vie des haïtiens. »

(Reportage : Max Evens Seide de MINUSTAH FM)

Classé sous L'info.
Le dernier journal
Le dernier journal
17/09/2014
Loading the player ...