Addis–Abeba : l'accord cadre sur la pacification de l'Est de la Rdc est signé

Écouter /

Enfin l'accord sur la pacification de l'Est de la Rdc signé ce 24 février. Ban Ki-moon a salué l'engagement pris, dimanche à Addis-Abeba, par les chefs d'Etat de Grands Lacs «à respecter la souveraineté et l'intégrité territoriale des pays voisins. L'accord-cadre signé par onze pays africains vise le retour de la paix dans l'Est de la RDC, en proie à des groupes armés nationaux et étrangers.

Le Rwanda et l'Ouganda ont été accusés dans des rapports de l'Onu de soutenir la rébellion du M23, qui a eu à occuper pendant dix jours en novembre 2012 la ville de Goma, avant d'accepter de s'en retirer en échange de l'ouverture de négociations à Kampala avec le régime de Kinshasa. Kigali et Kampala ont toujours démenti un tel soutien.

Les signataires de l'accord d'Addis-Abeba appellent aussi à une refonte de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (Monusco), en place avec 17.000 hommes. Il s'agit d'intégrer à la Monusco une « brigade d'intervention », dotée d'un mandat d'imposition de la paix.

Cette force internationale neutre, à déployer à la frontière entre la RDC et le Rwanda, est appelée à neutraliser les groupes armés actifs dans l'Est de la RDC. Il s'agit du M23, de rebelles rwandais des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), d'ougandais de l'Alliance des forces démocratiques-Armée nationale pour la libération de l'Ouganda (ADF-Nalu) et de burundais des Forces nationales de libération (FNL).

L'accord-cadre signé ce dimanche au siège de l'Union africaine (UA) prévoit aussi un mécanisme de suivi, avec notamment un travail d'évaluation qui serait effectué conjointement par la RDC, les pays limitrophes, les partenaires régionaux et la communauté internationale.

Mise en perspective de Maha Fayek

Classé sous L'info, Maintien de la paix.
Le dernier journal
Le dernier journal
19/09/2014
Loading the player ...