Violences sexuelles en RDC : Bangura se félicite des sanctions contre les FDLR et le M23

Écouter /

La Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles en conflit s’est félicitée mardi 8 janvier des sanctions imposées, le 31 décembre dernier par le Conseil de sécurité aux FDLR, les Forces démocratiques de libération du Rwanda, et au M23, le Mouvement du 23 mars.

 « Ces sanctions constituent un rappel et un signal clair que ces groupes seront tenus responsables de tout acte de violence sexuelle commis dans ces zones. Le Comité des sanctions applicables à la République démocratique du Congo, montre la voie en mettant l’accent sur les crimes de violences sexuelles », a déclaré Zainab Hawa Bangura. «  Je me félicite également de la désignation du lieutenant-colonel Éric Badege et de Jean-Marie Lugerero Runinga, du M23, tous deux accusés de violations graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire», a-t-elle ajouté.

La Représentante spéciale a instamment invité les États Membres à veiller à la pleine application des mesures imposées par le Conseil de sécurité, notamment l’interdiction de voyager et le gel des avoirs. Elle a en outre demandé à la CIRGL, la Conférence internationale sur la Région des Grands Lacs, particulièrement au travers de son mécanisme de vérification conjoint, d’aider les autorités congolaises à prévenir et à faire face aux violences sexuelles liées au conflit à l’Est de la RDC.

Le Premier ministre congolais, Matata Ponyo Mapon, est quant à lui invité à enquêter et à poursuivre en justice les membres des Forces armées de la RDC (FARDC) et autres groupes armés qui se sont rendus coupables de violences sexuelles à Minova, au Sud-Kivu, à Munigi et à Goma, au Nord-Kivu, en novembre 2012.

 (Mise en perspective: Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Le dernier journal
Le dernier journal
22/08/2014
Loading the player ...