Syrie : nouveau cri d’alarme de Lakhdar Brahimi

Écouter /

Lakhdar Brahimi, Envoyé spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des États arabes pour la Syrie

Devant le Conseil de sécurité des Nations Unies, mardi 29 janvier à New York, l'Envoyé spécial de l'ONU et de la Ligue des États arabes, Lakhdar Brahimi, présentait le bilan de sa mission, dont le but était d'obtenir l'arrêt des combats et la mise sur pied d'un gouvernement de transition. Il a dressé un tableau très sombre de la situation, dénonçant « l'horreur » de la guerre civile en Syrie et demandé au Conseil de sécurité d'agir d'urgence.

Ce conflit militaire qui sévit en Syrie depuis plusieurs est en train de « détruire petit à petit » le pays, a déclaré le médiateur onusien dans une interview au Centre des Nouvelles des Nations Unies. Il existe 70000 réfugiés enregistrés par le Haut Commissariat des Nations de réfugiés, explique Lakhdar Brahimi, mais il y a sans doute des centaines de milliers de réfugiés non identifiés, deux cents, trois cents, ou quatre cents mille autres. Si cela continue, ce pays largement miné sera détruit, poursuit Lakhdar Brahimi.

Pour l'ancien diplomate algérien, le Conseil de sécurité, malgré ses divisions, ne peut plus attendre pour « se colleter avec ce problème ». Il a invité les 15 pays membres à « exercer un peu plus de pression » sur les belligérants, reconnaissant qu'il « n'avait pas fait beaucoup de progrès » dans sa mission.

Pendant des semaines, Lakhdar Brahimi a tenté de convaincre ses interlocuteurs syriens, le régime et l'opposition, d'accepter des compromis. Sa médiation s'est effectuée en prenant pour cadre le respect des principes énoncés par la « déclaration de Genève » qui reprend les six points du plan de Kofi Annan – son prédécesseur sur ce dossier – pour un arrêt des hostilités

l'acheminement de l'aide humanitaire dans les zones touchées par les combats, la fin de la détention arbitraire, la liberté pour les journalistes et le dialogue politique, assorti cette fois des principes d'un gouvernement de transition aux pleins pouvoirs exécutifs.

Interview : Lakhdar Brahimi, Émissaire spécial des Nations Unies et de la Ligue des États arabes pour la Syrie ; propos recueillis par Damien Bonelli

 

Le dernier journal
Le dernier journal
26/12/2014
Loading the player ...