Santé maternelle : il reste encore beaucoup à faire pour réduire la mortalité maternelle

Écouter /

Il reste encore beaucoup à faire pour atteindre le cinquième Objectif du millénaire pour le développement relatif à la santé maternelle, selon les conclusions de la Conférence mondiale de la santé maternelle 2013, qui a fermé ses portes ce jeudi à Arusha en Tanzanie.

Lors de la Conférence de deux jours, des décideurs, des chercheurs et des militants de plus de 58 pays ont partagé leurs expériences dans le but d'améliorer la qualité des soins de santé maternelle.

Plusieurs défis ont été signalés allant de la disponibilité des services à l’accessibilité ainsi que les soins à la clientèle.

 

D'après le Vice-Ministre tanzanien de la santé, le docteur Rashid Seif, l'accueil et la communication des cliniques sont des éléments clef pour encourager les futures mères à revenir.

“Environ 80% des femmes enceintes qui effectuent une première visite médicale lors de leur grossesse ne se rendent pas à la deuxième ou troisième visite. Le service auprès des patientes est donc très important. Si une future maman se sent à l'aise, elle reviendra. Mais si l'approche ou le langage employé est déplaisant, il est clair que la maman ne reviendra pas pour une deuxième visite”, a déclaré le docteur tanzanien.

Le Vice-Ministre a par ailleurs attribué le taux de mortalité maternelle plus élevé dans les centres urbains à l'hésitation des femmes à se rendre dans les cliniques dans un délai suffisant à cause du manque de cohésion sociale et de centres de maternité dans les zones urbaines fortement peuplées.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro avec un extrait sonore du Docteur Rashid Seif , Vice-Ministre de la santé de la Tanzanie; propos recueillis par Assumpta W Massoi)

Classé sous L'info.
Le dernier journal
Le dernier journal
01/09/2014
Loading the player ...