OIT : le chômage mondial augmente à nouveau, mais différemment selon les régions

Écouter /

Le chômage mondial a augmenté en 2012 après avoir diminué pendant deux années consécutives et pourrait encore augmenter en 2013, a mis en garde l’Organisation internationale du Travail (OIT) dans un nouveau rapport.

Le nombre de chômeurs dans le monde a augmenté de 4,2 millions en 2012 à plus de 197 millions, avec un taux de chômage de 5,9 %, selon le rapport ”Tendances mondiales de l’emploi 2013”.

Un quart de la hausse du chômage mondial en 2012 a eu lieu dans les économies avancées, tandis que les trois quarts ont été dus aux retombées dans d’autres régions, avec des effets marqués dans les économies en développement d’Asie orientale, en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne

«Un contexte économique incertain, et l’insuffisance de politique pour contrer cela, a affaibli la demande globale, ce qui freine l’investissement et l’embauche,” a expliqué le Directeur général de l'OIT, Guy Ryder. “Cela a prolongé la crise du marché du travail dans de nombreux pays, en abaissant la création d’emplois et l’augmentation de la durée du chômage, même dans certains pays qui avaient auparavant un taux de chômage bas et un marché du travail dynamique''

“De plus, beaucoup des nouveaux emplois exigent des compétences que les demandeurs d’emploi n’ont pas», a-t-il ajouté. «Les gouvernements devraient redoubler d’efforts pour soutenir les compétences et les activités de recyclage afin d’aborder ces inadéquations qui touchent particulièrement les jeunes.”

Le rapport montre que la pauvreté continue globalement de baisser, mais à un rythme plus lent qu’avant la crise.

L’émergence d’une classe ouvrière à revenu moyen dans les pays émergents qui pourrait stimuler davantage l’économie mondiale. Mais pour l’instant, son pouvoir d’achat ne peut pas compenser la faible croissance dans les pays avancés.

A moyen terme, selon les prévisions, la reprise économique mondiale ne devrait pas être assez forte pour faire baisser le chômage rapidement, et le nombre de demandeurs d’emploi devrait encore augmenter pour atteindre 210 millions dans les cinq prochaines années.

La situation du marché du travail reste particulièrement difficile pour les jeunes du monde entier, avec près de 74 millions de personnes au chômage dans la tranche d'âge 15-24 ans – ce qui représente un taux de chômage des jeunes à 12,6 %.

Il est particulièrement préoccupant de voir que de plus en plus les jeunes sont confrontés au chômage de longue durée. Ainsi, 35 % de jeunes chômeurs dans les économies avancées ont été sans emploi pendant six mois ou plus. Par conséquent, un nombre croissant de jeunes se découragent et quittent le marché du travail.

Ces longues périodes de chômage ou ce retrait du marché du travail au début de leur carrière nuit à leurs perspectives à long terme; Cela diminue leurs compétences professionnelles et empêche les jeunes d’obtenir l'experience nécessaire.

Les différences régionales en matière de chômage des jeunes sont susceptibles d'augmenter. La situation devrait s’améliorer légèrement dans les économies développées au cours des cinq prochaines années, mais le chômage des jeunes devrait augmenter dans les économies émergentes en Europe de l’Est, de l’Est et du Sud-Est asiatique et du Moyen-Orient

Guy Ryder a souligné que les décideurs politiques doivent trouver des réponses coordonnées à la crise. «La nature même de la crise signifie que les pays ne peuvent pas résoudre son impact individuellement ou par des mesures seulement internes,” dit-il. “Cette incertitude, qui empêche les investissements et la création d’emplois, ne diminuera pas si les pays trouvent des solutions contradictoires.”

Le rapport indique que les décideurs doivent également répondre à trois questions interdépendantes : l’action de coordination pour soutenir la demande globale, en particulier grâce à l’investissement public alors que l’investissement privé est timide; la formation comme réponse aux problèmes de qualification; enfin le lancement de programmes de reconversion et l’adoption de mesures mettant l’accent sur le chômage des jeunes .

Les programmes qui garantissent l’emploi ou la formation des groupes cibles de jeunes ont fait leurs preuves dans certains pays européens. Et ils sont abordables.

«Les coûts de l’inactivité, du chômage de longue durée et le fait que les jeunes se déconnectent davantage de la société, seraient beaucoup plus élevés”, a déclaré Ryder.

(Interview : Ekkehard Ernst, Responsable de l’unité « Tendances de l’emploi » du BIT ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Classé sous L'info.
Le dernier journal
Le dernier journal
24/10/2014
Loading the player ...