OCHA : les humanitaires “bouleversés” par les conditions au Sud Kordofan et dans le Nil bleu au Soudan

Écouter /

John Ging, Directeur de la division des opérations du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU

« Nous humanitaires sommes bouleversés par la détresse des populations au Kordofan méridional et au Nil bleu, et nous appelons le Conseil de sécurité à nous aider à obtenir un accès immédiat et sans entrave à la région», a déclaré le Directeur des opérations du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), ce mardi à l’issue de consultations avec le Conseil de sécurité.

 Selon John Ging, plus de 900.000 personnes déplacées ont un besoin aigu d’aide humanitaire, ou ont fui ces deux régions du Soudan. Au Kordofan méridional 450.000 ont rapidement besoin d'assistance, 230.000 dans l'Etat du Nil bleu et il y a 205.000 réfugiés au Soudan du Sud et en Ethiopie, a-t-il précisé.

 Le Directeur des opérations de l'OCHA a qualifié la situation humanitaire des populations dans ces deux régions de « véritablement épouvantable ».

 Selon certaines informations, les « populations émaciées » de ces deux régions qui arrivent dans les camps de réfugiés ne subsistent qu’en se nourrissant « de racines et de feuilles ».

 John Ging a fait valoir que le manque d'accès des Nations Unies à cette population au cours des 12 derniers mois, empêche non seulement l'Organisation de leur apporter une aide sur place, mais aussi d'évaluer leurs besoins.

 Les denrées alimentaires, les médicaments et les vaccins, ainsi que les moyens logistiques sont prêts et en attente pour être distribués par les humanitaires à ces populations au Soudan du Sud, il ne manque plus que le feu vert des parties au conflit, a souligné le Directeur.

 Depuis que la résolution du Conseil de sécurité demandant l'accès aux humanitaires a été adoptée il y a 8 mois, un effort intense de négociation tripartite a été entamé sans résultats, a déploré John Ging.

 « La situation est désespérée et urgente », a martelé John Ging avant d’ajouter qu'il existe « un manque de volonté politique des deux côtés à faire ce qu'il faut faire pour nous donner accès à ces populations »

 (Mise en perspective : Cristina Silveiro )

Le dernier journal
Le dernier journal
26/12/2014
Loading the player ...