Mali: le combat des humanitaires pour venir en aide aux 230.000 déplacés et 150.000 réfugiés

Écouter /

Une déplacée malienne à Mopti après avoir fui les combats dans le Nord Mali (photo: PNUD/ N. Meulders)

Au Mali, les frappes françaises se poursuivent, ce mardi 15 janvier 2013, sur les positions des rebelles maliens, notamment sur la ville de Diabaly prise lundi par les islamistes. Les Nations unies annoncent que les évènements dans ce pays sahélien auraient déjà fait près 150 000 réfugiés et plus 230 000 déplacés. Une insécurité et des mouvements de populations qui inquiètent les humanitaires. Selon le Programme alimentaire mondial (PAM), il est certain qu'avec des combats et des opérations militaires, « la situation devient plus difficile et plus critique ».

A cet égard, le PAM rappelle que des distributions de vivres qui étaient initialement prévues ce week-end à Mopti ont été interrompues en raison des hostilités sur place. Le PAM a également déplacé temporairement à Ségou son personnel qui se trouvait à Mopti. L'objectif est de les redéployer momentanément à Bamako, la capitale malienne.

Le Programme alimentaire mondial souligne qu'il surveille de près l'évolution de la situation sur le terrain afin de mieux répondre à toute augmentation des besoins des populations. En attendant au Nord Mali, le PAM distribue de la nourriture via neuf ONG locales et internationales déjà basées dans cette partie du pays contrôlée par les groupes islamistes.

Par ailleurs, le PAM a souligné qu’il lui manque un financement de 129 millions de dollars pour répondre aux besoins, soit 94% des financements requis pour 2013. En 2012, le PAM a fourni une aide à 1.200.000 personnes affectées par le conflit malien, dans le pays et les pays voisins.

Dans ses prévisions de budget pour 2013, l’ONU a dit en décembre avoir besoin de 370 millions de dollars, soit 73% de plus qu’en 2012, pour aider 4,29 millions de personnes.

Concernant le déplacement de population, les humanitaires admettent avoir des difficultés à fournir des chiffres et des sources absolument fiables. Mais à Konna par exemple, 5.000 personnes (la moitié de la population) ont fui la ville en traversant le fleuve Niger, selon la Commission sur les mouvements de population au Mali. Pour le Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l’ONU (Ocha), le nombre estimé de déplacés au 14 janvier était de 229.000 personnes, soit 30.000 personnes de plus depuis la reprise des combats.

Du côté du Haut Commissariat pour les réfugiés des Nations unies (HCR), plus de 144.500 réfugiés ont été enregistrés en provenance du Mali, dont 54.100 en Mauritanie, 50.000 au Niger, 38.800 au Burkina Faso et 1.500 en Algérie. Le HCR a enregistré l’arrivée au Niger de 450 personnes déclarant fuir les opérations militaires les 11 et 12 janvier. Au Burkina Faso, 309 réfugiés sont arrivés ces derniers jours, et en Mauritanie 471, en majorité des femmes et des enfants.

(Interview : Elisabeth Byrs, porte-parole du Programme alimentaire mondial ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Le dernier journal
Le dernier journal
29/07/2014
Loading the player ...