La Communauté internationale intensifie la lutte contre les mutilations génitales féminines (MGF)

Écouter /

L’Assemblée générale des Nations Unies a adopté en décembre 2012 sa première résolution dénonçant les MGF, les mutilations génitales féminines, qui affectent quelque 140 millions de femmes dans le monde. La résolution de l'ONU préconise des recommandations concrètes pour prévenir les MGF, protéger les filles exposées, mettre fin à l'impunité et offrir des services de soutien à celles qui souffrent toute leur vie des conséquences de ces interventions.

Ces pratiques sont illégales dans une vingtaine de pays africains et en Europe ainsi qu'aux États-Unis et au Canada notamment, mais elles n'avaient encore jamais fait l'objet d'une condamnation à un tel niveau dans les instances de l’ONU. Plus de 110 pays, dont une cinquantaine africains, ont soutenu conjointement ce texte qui appelle à l'intensification de l'action mondiale pour éliminer les MGF et demande aux États membres de compléter les mesures punitives par des activités d'éducation et d'information.

Les mutilations génitales féminines sont répandues dans plusieurs pays d'Afrique, ainsi qu'au Yémen, en Irak, en Malaisie, en Indonésie et dans certains groupes ethniques d'Amérique du Sud. Cependant, c'est une question qui concerne le monde entier. Les femmes et les jeunes filles dans les communautés de la diaspora risquent elles aussi d'y être confrontées.

Invités:

Dr. Morissanda Kouyaté, Directeur exécutif du CIAF, le Comité interafricain sur les pratiques traditionnelles ayant effet sur la santé des femmes et des enfants

Niccolo Figa-Talamanca, Secrétaire de l'organisation « No Peace without Justice »

Hadja Fatoumata Kandé, Représentante du CIAF aux Etats-Unis

Interviews, production et présentation: Jean-Pierre Amisi Ramazani

Production et mixage: Elodie Sabau

Ingénieur du son : Peter Kurisco

Le dernier journal
Le dernier journal
28/08/2014
Loading the player ...