FMI : trois ans après, où en est Haïti?

Écouter /

Haïti après l’ouragan Sandy en octobre 2012

D'après le FMI, le Fonds monétaire international, trois ans après le terriblement qui a frappé Haïti, le pays est globalement en bonne voie. Cependant, les données préliminaires indiquent que le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) atteindra environ 2,5%, taux inférieur aux prévisions de 4,5%. La croissance plus faible que prévue s’explique en partie par la sécheresse du printemps et l’ouragan Isaac qui a endommagé les récoltes, et une lenteur d’exécution des dépenses publiques en raison de la faible capacité d’absorption. L’inflation s’est accélérée depuis la fin du mois de juin 2012, pour atteindre 6,8% en octobre, en raison principalement de la hausse des prix des denrées alimentaires. La situation budgétaire s’est dégradée en raison de la perception de recettes plus faibles que prévu ainsi qu’un niveau légèrement plus élevé des dépenses courantes. Enfin la croissance globale du crédit continue d’augmenter, tandis que les réserves internationales brutes ont atteint environ six mois d’importations à fin novembre 2012.

Des accords entre le gouvernement d’Haïti et le FMI ont été atteints sur les grandes lignes d’un programme de réformes macroéconomiques et structurelles couvrant une période octobre 2012-septembre 2013. Ce programme continuera à mettre l’accent sur la préservation de la stabilité macroéconomique, soutenir la reprise économique, et de réduire davantage la pauvreté.

Dans un contexte de stabilité politique et de sécurité, la croissance économique pourrait se situer dans une gamme de 6-7 % en 2013. La mobilisation de ressources supplémentaires pour financer les dépenses en capital et les dépenses de réduction de la pauvreté dépendra de la poursuite des efforts pour augmenter les revenus du gouvernement. Cela sera particulièrement important compte tenu de la baisse de l’aide extérieure et d’une gestion plus efficace des dépenses publiques, y compris par la réduction des subventions à la société nationale d’électricité (EDH). Une combinaison appropriée de politiques de change budgétaire, monétaire et étrangère devrait contribuer à maintenir l’inflation autour de 5% et de préserver une position extérieure solide.

Le programme de réformes structurelles se concentrera principalement sur l’augmentation du recouvrement des recettes intérieures, principalement par le biais d’un renforcement de l’administration fiscale et douanière; l’amélioration de la gestion financière publique et la gouvernance économique; le renforcement des capacités institutionnelles pour améliorer l’exécution et l’efficacité de l’investissement public; le renforcement de la gestion des liquidités et des opérations monétaires; enfin l’accélération des réformes visant à améliorer l’environnement des affaires. Enfin la poursuite d'une coordination étroite entre le gouvernement et la communauté des donateurs est importante pour assurer le succès du programme.

(Interview : Boileau Loko, Chef de mission pour Haïti au FMI; propos recueillis par Florence Westergard)

Le dernier journal
Le dernier journal
31/10/2014
Loading the player ...