Droit de réunion : le Royaume-Uni « peut mieux faire », selon le Rapporteur de l'ONU

Écouter /

Maina Kiai, Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit de réunion pacifique et d'association

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit de réunion pacifique et d'association, Maina Kiai, a exhorté mercredi le gouvernement britannique à revoir un nombre de mesures juridiques et policières affectant les droits à la liberté de réunion pacifique et d’association en Angleterre et au Pays de Galles, en Irlande du Nord et en Écosse.

Au terme d'une visite officielle de 10 jours au Royaume-Uni, l'expert indépendant a déclaré que « peu importe l’âge de la démocratie, il y toujours place à l'amélioration continue».

Maina Kiai s'est dit «profondément préoccupé » par l’utilisation d’agents de police infiltrés dans des groupes qui ne sont pas violents et qui exercent leurs droits démocratiques à protester et à prendre action de façon directe et pacifique. Il a évoqué le cas de Mark Kennedy et d’autres agents infiltrés, et a demandé qu'une enquête soit menée sur cette affaire.

Le Rapporteur spécial a aussi dénoncé la pratique du « ketlling », la proscription de certains groupes sans preuves de leurs activités terroristes et souligné la nécessité de créer une entité indépendante pour gérer les manifestations en Irlande du Nord. Maina Kiai a demandé la réduction des impératifs de préavis de manifestation en Ecosse ainsi que l'abolition des dispositions statutaires de 1982 sur l'interdiction des grèves par solidarité.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

Le dernier journal
Le dernier journal
29/07/2014
Loading the player ...