Conseil de sécurité : pour un maintien de la paix multidimensionnel

Écouter /

Casque bleu de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (Photo : ONU/Patricia Esteve)

Un débat ouvert sur l'approche multidimensionnelle du maintien de la paix, dirigé par le Secrétaire pakistanais aux affaires étrangères Jalil Abbas Jilani a lieu ce 21 janvier. Il doit aboutir à l'adoption d'une résolution dont le projet a été élaboré mi-janvier. Ce projet de texte note l'évolution considérable de la théorie et de la pratique du maintien de la paix ces dernières années et souligne l'importance des activités de consolidation de la paix lors des opérations de maintien de la paix.

Les intervenants au débat ont tenu à faire le distinguo entre le maintien de la paix traditionnel qui se déroulait dans des contextes relativement simples où les combattants potentiels étaient aisément repérables et les rôles plus complexes et plus risqués du maintien de la paix. Aujourd'hui, l'ONU parle «d'opérations de maintien de la paix multidimensionnelles» pour souligner le lien entre le «maintien et la consolidation de la paix dans les États fragilisés.

Pour qu'il soit couronné de succès et pour qu'il puisse contribuer à l'amélioration de la vie des populations, le maintien de la paix doit se manifester sous plusieurs formes, estime Jalil Abbas Jilani:

Cela va de la détection et de la réponse rapide en vue de la prévention des conflits, à la concertation entre pays concernés et contributeurs de troupes lors du déploiement de ces dernières sur le terrain, à leur professionnalisation et à la mise en place de solutions rapides et durables à travers le partenariat, l'encouragement du dialogue la réconciliation nationale.

Les membres du Conseil de sécurité s'accordent, toutefois, à dire qu'il n'existe pas de modèle unique du maintien de la paix multidimensionnel ou des priorités immuables. À l'instar du Représentant permanent du Royaume Uni aux Nations Unies, nombreux sont ceux parmi les membres du Conseil qui estiment que le maintien de la paix doit s'adapter à de nouveaux défis: le renforcement de la police et de l'état de droit, entre autres. Pour réaliser les objectifs du maintien de la paix, estime Kodjo Menan, Représentant permanent du Togo aux Nations Unies il faut une préparation intégrée aux opérations du maintien de la paix

Au nom de la France, Gérard Araud a mis l'accent sur la contribution active de son pays au maintien de la paix au fil des ans; la protection des civils, la sécurisation des populations, la participation des femmes ainsi que le multilinguisme. Gérard Araud s'insurge contre le fait que plus d'employés anglophones des Nations Unies soient recrutés dans les missions de maintien de la paix, en raison de leurs capacités « à rédiger des rapports en Anglais à renvoyer au Siège des Nations Unies à New York, alors que le terrain a amplement besoin d'employés francophones ».

La compréhension des besoins du maintien de la paix multidimensionnel par les États Membres des Nations Unies était fort constatée lors du débat du Conseil de sécurité. Mais en plus d'un accord de principe entre États Membres à ce sujet, il faut que celui-ci se traduise dans la pratique, comme le préconisait le Représentant permanent du Rwanda aux Nations Unies qui rappelait que le génocide de 1994 avait eu lieu, en raison, notamment, de l'inertie du maintien de la paix.

Ban Ki-moon Secrétaire général des Nations Unies a, pour sa part, bonne conscience des besoins du terrain. Le soutien logistique, le financement et le déploiement des troupes pour le maintien de la paix, incombent aux États Membres des Nations Unies. Il sollicite plus de contribution des États.

"Les opérations de maintien de la paix aujourd’hui sont plus variées et plus complexes que jamais, estime le patron de l'ONU". Quelle que soit leurs formes, avec de bons moyens et une préparation adéquate, elles peuvent enregistrer des progrès vers une stabilité durable.

(Mise en perspective de Maha Fayek. Extraits sonores : Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies ; Gérard Araud, Représentant permanent de la France aux Nations Unies, Kodjo Menan, Représentant permanent du Togo aux Nations Unies  et Jalil Abbas Jilani; Secrétaire aux affaires étrangères du Pakistan)

Le dernier journal
Le dernier journal
02/09/2014
Loading the player ...