Villes africaines: il faut des moyens adéquats pour réduire les risques de catastrophes

Écouter /

Un rapport des Nations Unies publié ce mercredi 5 décembre, indique que sans systèmes d'alerte rapide ni de budgets prévus à la réduction des risques, les villes moyennes en Afrique sont mal équipées pour répondre aux situations d’urgence provoquées par des catastrophes naturelles, l’exode rural et la destruction des écosystèmes.

La plupart des membres du personnel des administrations locales n’ont pas directement accès aux ordinateurs, tandis que les systèmes de gestion de l’information sont inexistants. C'est ce que révèle le rapport du Bureau de la Stratégie internationale de l'ONU pour la réduction des risques de catastrophes (SIPC). Ce document a été publié à Dakar, au Sénégal, lors du « Sommet Africités »auquel ont pris part près de 5.000 délégués représentant les gouvernements africains et leurs partenaires de développement à travers le monde qui se penchent sur l’impact de l’urbanisation.

Ce rapport constate qu'il y a une reconnaissance de réduire les risques des catastrophes et la nécessité de renforcer la résilience, mais les moyens, les connaissances et l’engagement politique pour le faire font défaut.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Le dernier journal
Le dernier journal
28/08/2014
Loading the player ...