Syrie : les besoins alimentaires en forte hausse, selon le PAM

Écouter /

Les besoins alimentaires sont de plus en plus importants en Syrie avec une grave pénurie de pain et de carburant à travers le pays, souligne le Programme alimentaire mondial (PAM). A cause de l’escalade de la violence, certaines zones, surtout dans le nord du pays, sont difficiles d'accès, et dans ces zones les prix alimentaires ont doublé. Les ménages sont forcés de réduire le nombre de repas, en consommant des aliments de qualité inférieure ou moins chers.

 

Les attaques contre les camions du PAM ont augmenté au cours des dernières semaines. Depuis le début du mois d'octobre, le PAM a enregistré près de dix attaques des camions de vivres par des groupes armés.

 

Les chauffeurs sont devenus plus réticents à rouler sur certaines routes ou à apporter de l'aide alimentaire dans les zones à risque. Pour nourrir 1,5 million de personnes, le PAM a besoin de 15 000 tonnes métriques de nourriture chaque mois pour un coût mensuel de 22 millions de dollars. Aussi, l'agence a-t-elle besoin d’un montant supplémentaire de 132 millions pour pouvoir continuer à nourrir 1,5 million de personnes jusqu’en juin 2013.

 

Le PAM a réussi pour la première fois depuis de nombreux mois à distribuer de l’aide dans des zones difficiles d'accès, proches de la frontière turque, y compris à Ras el Ain et à Tal Abyad. Le PAM a fournir une assistance alimentaire ces derniers jours à 11.500 personnes à Ras el Ain. Elle la seule organisation humanitaire à avoir accédé à la ville ces dernières semaines.

 

A Alep, la majorité de la population est maintenant dépendante des boulangeries privées où le prix de 1 kg de pain, quand il est disponible, a atteint 250 livres syriennes, le prix le plus élevé dans le pays, qui est 40 à 50% plus cher que dans les autres gouvernorats.

 

On a signalé des pénuries de farine de blé dans la plupart des régions du pays en raison des dommages causés aux moulins, qui se trouvent pour la plupart dans la région d’Alep, le manque de carburant pour la livraison, les fermetures de routes et l’accès difficile, indique le PAM. Une pénurie de gaz domestique a également été observée.

 

En raison de ces pénuries, les ménages ont réduit le nombre de repas, en consommant des aliments de qualité inférieure ou moins cher, la taille des portions, des enfants, qui ne vont plus à l'école et sont envoyés travailler et les dépenses médicales et scolaires.

 

Les vivres distribués dans le pays par le PAM l'ont été grâce au partenariat avec le Croissant-Rouge. Cependant, une importante pénurie de carburant à travers le pays réduit la capacité de l’agence à fournir de la nourriture dans les délais.

 

Par ailleurs, en Novembre 76 000 réfugiés ont été aidés par le PAM au Liban, principalement par le biais des bons de nourriture. La distribution de bons alimentaires a continué. Près de 75% de ces réfugiés étaient des femmes. Là aussi, les attaques contre les convois ont augmenté ces dernières semaines ce qui a compliqué les opérations.

 

(Extrait sonore : Elisabeth Byrs, porte-parole du PAM)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...