Sécurité en Côte d'Ivoire: Koné Bruno fait le point

Écouter /

Koné Bruno , ministre de la poste et des nouvelles technologies de l'information et porte- parole du gouvenement ivoirien

Koné Bruno, ministre de la poste et des nouvelles technologies de l'information, et porte-parole du gouvernement ivoirien se prononce sur le travail de la nouvelle autorité sur le désarmement, la démobilisation et la réinsertion sociale des combattants (DDR). « Il y a des avancées notables ; des armes sont  récupérées », a-t-il affirmé. Le ministre invite par ailleurs  les jeunes qui détiennent des armes à s'inscrire dans la dynamique de la reconstruction du pays.

Selon l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI), le processus DDR se déroule normalement en trois phases : le désarmement, qui constitue la première étape, est l'opération qui consiste à récupérer les armes, munitions et autres matériels militaires dont disposent les combattants. Pendant cette opération, les combattants remettent leurs armes aux forces impartiales dans les sites prévus à cet effet. Durant le désarmement, les forces impartiales ont la charge de récupérer, trier, stocker, sécuriser les armes fonctionnelles et détruire les armes non fonctionnelles. Les combattants ainsi désarmés sont par la suite démobilisés.

La Démobilisation est l'étape symbolique qui assure le passage du combattant de la vie militaire à la vie civile. Elle commence par le profilage (enregistrement, questionnaire, etc.), suivi d'une visite médicale et se termine par la remise d'un paquet civil (vêtements, chaussures, etc.) et la sensibilisation des ex-combattants sur les opportunités de réinsertion. A la fin du processus de démobilisation, une carte de démobilisé est remise au combattant afin de lui permettre de commencer sa réinsertion.

La Réinsertion est une phase transitoire entre la démobilisation du combattant et sa réinsertion définitive dans la vie sociale et économique. Le combattant commence sa réinsertion en recevant, sur présentation de sa carte de démobilisé, une assistance financière appelée filet de sécurité. Ce filet de sécurité a pour but de faciliter l'installation de l'ex-combattant dans son lieu de réinsertion et d'avoir accès aux opportunités de réinsertion proposées. Les opportunités de réinsertion proposées aux ex-combattants sont : les activités génératrices de revenus (AGR), les microprojets, les formations professionnelles, les bourses d'étude, etc.

(Extrait sonore : Koné Bruno, ministre de la poste et des nouvelles technologies de l'information, et porte-parole du gouvernement ivoirien; propos recueillis par Ouattara Katié Souleymane d'ONUCI FM)

Classé sous L'info.
Le dernier journal
Le dernier journal
28/07/2014
Loading the player ...