Sahel : l'UNICEF est venu en aide à 850.000 enfants malnutris en 2012

Écouter /

Allasane, 7 mois, pris en charge dans un centre pour enfants sévèrement malnutris- Photo:UNICEF

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a publié mardi un rapport sur la situation humanitaire au Sahel, où l’agence indique avoir distribué une aide alimentaire d’urgence à près de 850.000 enfants souffrants de malnutrition aiguë en 2012.

Ce chiffre est une projection calculée à partir de données collectées fin septembre, lorsque le nombre d’enfants sous traitement était de 730.000. En décembre 2011, l’UNICEF avait prévenu que 1,1 million d’enfants étaient exposés à des risques de malnutrition. Grâce à un soutien rapide de l’Union européenne, de la Suède, du Danemark et des États-Unis, le Fonds a pu distribuer des aliments enrichis très efficaces.

« Notre expérience dans la région nous disait que nous allions faire face à un défi considérable pour venir en aide à tous les enfants. Une catastrophe majeure a pu être évitée. Mais nous ne devrions pas nous réjouir, car il y a encore des enfants qui décèdent de causes pourtant évitables», a rappelé le Directeur régional par intérim de l’UNICEF, Manuel Fontaine.

« L’année écoulée a montré que nous sous-estimons régulièrement le nombre réel d’enfants qui souffrent. Nous devons sérieusement réfléchir à des solutions dynamiques pour renforcer la résilience des communautés afin de pouvoir faire face à des chocs répétés », a-t-il ajouté.

S’il semble que les précipitations aient permis de meilleures récoltes dans la sous-région, deux ans pourraient être nécessaires avant que les familles puissent se remettre des pertes subies dans leurs cheptels et des prix élevés des denrées alimentaires qu’elles ont du payer pendant une période prolongée. En outre, sous l’effet d’un cercle vicieux, la malnutrition des enfants compromet leur capacité à s’alimenter même lorsque des vivres sont disponibles.

« Malheureusement, il n’existe aucun vaccin contre la malnutrition sévère et aiguë. De nombreux enfants issus des familles les plus pauvres du Sahel pourraient faire face à des cycles mettant leur vie en danger. Les efforts considérables déployés en 2012 ont permis de dispenser des soins appropriés à chaque enfant ayant pu se rendre dans l’un des centres de traitement. Mais nous devons arriver à des systèmes plus robustes, où moins d’enfants se présenteront dans les dispensaires », a affirmé Manuel Fontaine.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

Le dernier journal
Le dernier journal
26/11/2014
Loading the player ...