Myanmar : plus de déplacés en raison des violences interconfessionnelles

Écouter /

Le nombre de déplacés par les violences interconfessionnelles au Myanmar ne cesse de croître. L'Ouest du pays est secoué sporadiquement par ces vagues de violences.

Cette situation rend de plus en plus difficile le travail des humanitaires. Pendant plusieurs mois, l’ONU n’a pas été en mesure de fournir une assistance à des dizaines de milliers de personnes en détresse, à qui l'accès aux états du Kachin et de Shan, sous contrôle de l’Armée de l’indépendance kachin (KIA) n'est pas autorisé.

Valérie Amos, L'Adjointe de Ban Ki-moon aux affaires humanitaires, actuellement en déplacement au Myanmar cherche à renforcer l'aide des Nations Unies auprès des populations déplacées dans des provinces du nord et de l’est du pays, infiltrées par des groupes rebelles armés.

Grâce aux partenaires locaux, les Nations Unies parviennent à fournir des vivres et d’autres formes d’assistance, mais les stocks s’amenuisent. Alors que l’hiver s’installe, il devient de plus en plus difficile d’acheminer des fournitures, explique Amos, qui souligne que les Nations Unies ont demandé au gouvernement du Myanmar l’autorisation de se rendre dans ces régions pour y fournir une aide dont les civils ont cruellement besoin, sans succès jusqu’à présent.

Mise en perspective de Maha Fayek

 

Le dernier journal
Le dernier journal
22/08/2014
Loading the player ...