Lutte contre l'homophobie : renforcer le leadership

Écouter /

Le Siège des Nations Unies a accueilli, ce mardi 11 décembre, un événement sur la nécessité d’un leadership dans la lutte contre l’homophobie. Cette manifestation intervient deux ans après l'appel international lancé par le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, visant à agir contre les violences et discriminations contre les personnes lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT).

En décembre 2011, le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme a publié le premier rapport officiel de l’ONU sur la violence et la discrimination contre LGBT. Le rapport documente les violations généralisées des droits de l’homme. Plus de 76 pays criminalisent toujours les relations homosexuelles, et dans beaucoup d'autres la discrimination contre les personnes LGBT est très répandue – notamment dans le lieu de travail et dans les secteurs de l’éducation et de la santé. On enregistre dans toutes les régions du monde la violence motivée par la haine contre les personnes LGBT, notamment les agressions physiques, les violences sexuelles et les assassinats ciblés.

L'événement spécial de mardi a mis l’accent sur la nécessité, à la fois de procéder à une réforme juridique et d’informer le public pour contrer l’homophobie. Dans une série de discours, d’interviews et d’échanges, les leaders dans les domaines de la diplomatie, de la politique, de la religion, de la musique et de la société civile étaient présents pour réfléchir à l’impact que les individus, en particulier ceux jouissant d'une grande renommée, peuvent avoir quand ils prennent publiquement position contre l’homophobie et en faveur de l’égalité des droits pour les personnes LGBT.

L’événement était organisé par le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, les missions permanentes de l’Argentine, du Brésil, de la Croatie, de l’Union européenne, de la France, d'Israël, du Japon, des Pays-Bas, de la Nouvelle-Zélande, de la Norvège et des États-Unis auprès de l’Organisation des Nations Unies ainsi que l'ONG Human Rights Watch et la Commission internationale des droits de l'homme pour les Gays et Lesbiennes (IGLHRC).

A cet évènement participaient le Secrétaire général  des Nations Unies, Ban Ki-moon, la Ministre française des droits des  femmes Najat Vallaud-Belkacem, le Représentant permanent du Pays-Bas auprès des Nations Unies, Herman Schaper, la chanteuse et militante sud-africaine, Yvonne Chaka Chaka (la "Princesse d'Afrique"), le chanteur Ricki Martin, l'Archèvêque Desmond Tutu (par vidéoconférence), Blas Radi, LGBT défenseur des droits humains en Argentine, Olena Shevchenko, LGBT défenseur des droits humains en Ukraine et Gift Trapence, LGBT défenseur des droits humains au Malawi.

(Interview Najat Vallaud-Belkacem, Ministre française des droits des femmes; propos recueillis par Florence Westergard)

Le dernier journal
Le dernier journal
19/09/2014
Loading the player ...