Gaza : Israël doit se conformer à l'accord de cessez-le-feu, estime un expert de l’ONU

Écouter /

Richard Falk

Israël doit respecter et appliquer pleinement l’accord de cessez-le-feu mettant fin à la récente crise dans la bande de Gaza, a souligné un expert indépendant des Nations Unies, qui a appelé la communauté internationale à faire pression sur le pays pour qu'il remplisse ses obligations et enquête sur les récentes actions de l'État hébreuqui ont entraîné la mort de civils palestiniens.

“L’expérience a montré qu’Israël ne respecte pas son obligation internationale d’enquêter immédiatement et impartialement sur ses propres actions», a déclaré le Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés par Israël depuis 1967, Richard Falk, qui vient de terminer une visite dans la capitale égyptienne, Le Caire, et dans la bande de Gaza.

«L’expérience a également montré que Israël n’est pas susceptible de mener à bien ses obligations en vertu de l’accord de cessez-le-feu. En effet lors de notre visite, nous avons entendu des avions de guerre israéliens survolant directement la bande de Gaza et nous avons reçu des rapports d’incursions militaires israéliennes dans la zone de Gaza.”

Le cessez-le-feu entre Israël et le groupe palestinien Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a été annoncé le 21 novembre, un peu plus d’une semaine après le début de la dernière vague de violence meurtrière, au cours de laquelle ont été effectués des tirs de roquettes contre Israël à partir de Gaza, et des raids aériens israéliens contre des cibles dans la bande de Gaza.

Ces huit jours de violences se sont soldés par 158 morts côté Palestine, dont 103 civils, et environ 1 269 blessés. Six Israéliens – quatre civils et deux soldats – ont été tués par des tirs de roquettes palestiniens et 224 Israéliens ont été blessés, en grande majorité des civils.

Richard Falk était dans la région pour évaluer l’impact global de l’occupation prolongée d’Israël et le blocus de six ans contre la bande de Gaza. Cependant, il a déclaré “qu'est vite apparu le besoin urgent d’enquêter sur les attaques apparemment délibérées contre des cibles civiles au cours des récentes hostilités.”

Au cours de sa visite, Richard Falk a visité les lieux d’attentats et s’est entretenu avec des survivants. « Il est clair que certaines attaques ont tué des civils et blessé d’une manière exagérément disproportionnée et, partant, à violer le droit international», a-t-il dit. “Il y a un sentiment répandu parmi les Palestiniens qu’Israël est au-dessus des lois, et qu’il est susceptible de continuer à bénéficier des avantages de l’impunité, même quand il viole de manière flagrante et répétée les droits humains internationaux et le droit humanitaire.”

Richard Falk a appelé à une pression soutenue de la communauté internationale, y compris les gouvernements et la société civile, afin de garantir la pleine application par Israël de l’accord de cessez-le-feu, notant que sans une telle pression, il est peu probable qu'il tienne.

«Le soutien mondial pour la résolution de l’Assemblée générale qui a fait récemment la Palestine un État non-membre observateur devrait servir de point de départ pour plus de protection internationale concertée des droits des Palestiniens”, a-t-il dit.

Évoquant le sort des pêcheurs palestiniens ainsi que le risque pour les agriculteurs de se faire tirer dessus ou d'être détenus par les forces israéliennes, l'expert a précisé que depuis la conclusion de l’accord, Israël a arrêté treize pêcheurs, a confisqué quatre bateaux de pêche et a coulé un autre bateau de pêche », a-t-il dit. “De telles actions signaler une intention israélienne de maintenir son style coercitif de l’occupation plutôt que d’examiner si la mise en œuvre de l’accord de cessez pourrait mener à un avenir plus prometteur.”

Robert Falk a souligné que même s’il y a des plans pour des projets d’infrastructure dans la bande de Gaza qui répondent aux besoins urgents de la population, les donateurs sont réticents à investir dans des projets qui sont susceptibles d’être bombardés par Israël.

“Si ces problèmes sous-jacents ne sont abordés rapidement, il semble que Gaza deviendra inhabitable d’ici à 2020, comme l'envisage un rapport récent de l’ONU. Certains des experts avec lesquels nous nous sommes entretenus croient vraiment que 2016 est une évaluation plus raisonnable. Cela indique la gravité de la crise des droits humains dans la bande de Gaza. ”

Au Caire et dans la bande de Gaza, Richard Falk a rencontré des représentants du gouvernement, des agences intergouvernementales et de la société civile, ainsi que des victimes et des témoins. Il a reçu des informations de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA) et d’autres agences des Nations Unies, qui ont fourni un tableau détaillé de l’ampleur des défis à Gaza, et des difficultés de relever ces défis dans une situation d’occupation et de blocus.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

Le dernier journal
Le dernier journal
28/07/2014
Loading the player ...