Fin de la conférence de l'UIT à Dubaï : nécessité de revoir le RTI

Écouter /

Hamadoun Touré, Secrétaire général de l’UIT (Photo : UIT)

Depuis le 3 décembre dernier jusqu’au 14 du même mois, des centaines de délégués venus de tous les continents ont participé à la Conférence mondiale des télécommunications internationales, organisée par l’UIT, l’Union internationale des télécommunications à Dubaï, capitale des Émirats arabes unis. Les discussions portaient sur la révision du Règlement des télécommunications internationales (RTI) en vigueur.

Ce Règlement est un traité international ayant force obligatoire et conçu pour faciliter, à l’échelle internationale, l’interconnexion des services d’information et de communication. Il a été question d’assurer l’efficacité et l’utilité des connections des télécommunications et de les mettre largement à la disposition du public.

Ce traité expose les principes généraux qui garantissent la libre circulation des informations dans le monde, encouragent l’accès équitable pour tous, à des conditions abordables et constitue la pierre angulaire de la recherche permanente de l'innovation et de l’expansion des marchés. Le RTI a été négocié pour la dernière fois à Melbourne (Australie) en 1988 et, de l’avis général, il était nécessaire de mettre à jour ce texte pour tenir compte des profondes mutations que connaît l'environnement des technologies de l'information et de la communication (TIC) du XXIe siècle.

La Conférence devait réviser le Règlement des télécommunications internationales, qui définit les principes généraux applicables à la fourniture et à l'exploitation des télécommunications internationales.

(Extrait sonore : Hamadoun Touré, Secrétaire général de l’UIT ; propos recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Classé sous Reportages.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...