Elisabeth Wilson : pour une plus grande collaboration dans la lutte contre les mutilations génitales féminines

Écouter /

Couteaux de cérémonie utilisés par la société Bondo en Sierra Leone pour les mutilations génitales (Photo : IRIN/Bryna Hallam)

Notre “coup de coeur” traite des mutilations génitales féminines (MGF) qui sont des pratiques internationalement considérées comme des violations des droits des jeunes filles et des femmes. Les MGF sont, selon les Nations Unies, le reflet d’une inégalité profondément enracinée entre les sexes et constituent une forme extrême de discrimination à l’égard des femmes. Elles sont presque toujours pratiquées sur des mineures et constituent une violation des droits de l’enfant. Ces pratiques violent également les droits à la santé, à la sécurité et à l’intégrité physique, le droit d’être à l’abri de la torture et de traitements cruels, inhumains ou dégradants, ainsi que le droit à la vie, lorsqu’elles ont des conséquences mortelles.

Elisabeth Wilson est journaliste et Cofondatrice de l’Alliance globale contre les mutilations génitales féminines, une organisation non gouvernementale basée à Genève.

L’Alliance globale a pour mandat de rallier la communauté et les organismes qui luttent contre les MGF, en favorisant le dialogue et l’échange d’information sur les meilleures pratiques, notamment. Plutôt que de devenir un nouvel acteur sur le terrain, là où les filles et femmes subissent ces mutilations, l’Alliance souhaite plutôt attirer l’attention du monde sur cette réalité et refléter ce qui se fait sur le terrain. « Nous nous essayons d’être une valeur ajoutée, pour les programmes des Nations Unies, les universités, les donateurs – qui veulent plus de résultats, la société civile et les ONG, parce qu’il y a un manque de collaboration », résume Elisabeth Wilson. A cette fin, l’Alliance globale se propose de créer un portail mondial pour les acteurs impliqués dans la lutte contre les MGF.

La Cofondatrice de l’Alliance globale reconnaît d’emblée le facteur culturel inhérent aux pratiques de mutilation génitale et mise sur la culture comme prisme pour mieux comprendre et lutter contre les MGF. Elisabeth Wilson rappelle à ce sujet que l’Alliance globale contre les mutilations génitales féminines est une initiative multiculturelle, à la fois canadienne, allemande, française et africaine, dont le travail se fait en partenariat avec le Comité interafricain sur les pratiques traditionnelles affectant la santé des femmes et des enfants (CIAF).

L’Alliance globale mise également sur la participation des hommes dans la lutte contre les mutilations génitales féminines et rappellent que les pères, frères, cousins, futurs maris des filles victimes de mutilation, ainsi que chefs religieux ou de village, ont tous un rôle à jouer dans l’éradication de cette forme de violence.

Enfin, l’Alliance a trouvé l’appui du pianiste et claviériste de jazz néerlandais Jasper van’t Hof qui, en sa qualité d’ambassadeur de bonne volonté pour l’organisation, cherche à sensibiliser le grand public à la problématique des MGF.

(Interview : Elisabeth Wilson, Cofondatrice de l’Alliance globale contre les mutilations génitales féminines ; propos recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Le dernier journal
Le dernier journal
18/04/2014
Loading the player ...