Situation au Soudan du Sud: le Conseil de sécurité examine le rapport de Ban Ki-moon

Écouter /

Hervé Ladsous, Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix

Le Conseil de sécurité a examiné mercredi 28 novembre le rapport du Secrétaire général des Nations Unies sur la situation au Soudan du Sud. Ce document, présenté aux quinze par Hervé Ladsous, le Secrétaire général adjoint de l'ONU aux opérations de maintien de la paix, indique que l'absence d'avancée dans la résolution des problèmes sécuritaires et économiques dans les pays de la région, n'a pas cessé d'avoir des conséquences directes sur la sécurité et l'instabilité au Soudan du Sud ainsi que sur les efforts en vue de la consolidation de la paix, de la construction de l'état de droit et la satisfaction des besoins essentiels des citoyens.

Ban Ki-moon rappelle dans son rapport que la signature à Addis-Abeba le 27 septembre d'accords entre le Soudan du Sud et le Soudan est encourageante. Si ces accords sont appliqués de bonne foi par les deux pays, ils devraient permettre d'établir des relations pacifiques et mutuellement bénéfiques et donner aux deux gouvernements la possibilité d'accorder pleinement la priorité à la constitution d'États viables et stables qui répondent aux intérêts de leur population. Je demande donc aux dirigeants des deux pays de les appliquer pleinement et de régler rapidement les questions encore en suspens.

La reprise de la production de pétrole et la stabilisation des relations avec le Soudan contribueront, selon le rapport du Secretaire général, à créer une économie stable, et le Soudan du Sud devrait être en mesure de reprendre le chemin de la consolidation de la paix et du développement et notamment de progresser en matière d'état de droit, de réforme du secteur de la sécurité, de désarmement, démobilisation et réintégration, de renforcement des capacités des institutions publiques essentielles et d'examen de la Constitution, créant ainsi le cadre d'un dialogue politique transparent.

Mais ban Ki-moon se dit préoccupé par les activités des milices rebelles qui continuent d'entraver les efforts de stabilisation de la nouvelle nation, et en particulier dans l'État de Jongleï. Le recours à la violence par les groupes d'insurgés, afin d'atteindre leurs objectifs, ne recueillera pas le soutien de la communauté internationale. Ces groupes devraient, selon lui, travailler avec le Gouvernement et dans le respect des lois du pays pour trouver une réponse à leurs revendications.

(Extrait sonore : Hervé Ladsous, Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix)

Classé sous Conseil de sécurité, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...