Rébellion du M23 : l'Ouganda ferme sa principale frontière avec la RDC

Écouter /

Les autorités ougandaises ont décidé, mardi 14 novembre, de fermer le poste frontière de Bunagana, son principal point de passage avec la République démocratique du Congo. Elles n'ont pas indiqué à quel moment elle comptait la rouvrir. Selon ces autorités citées par la chaine britannique BBC, l'Ouganda a pris cette décision pour manifester son mécontentement d'avoir été accusé par un rapport des experts des Nations unies de soutenir la rébellion du Mouvement du 23 mars (M23) en utilisant ce poste frontalier.

Les populations de deux pays se disent surprises par cette décision, d'autant plus que les Ougandais achetaient de la nourriture et cherchaient de l'eau côté congolais, et des enfants Congolais traversaient la frontière pour aller à l'école en Ouganda, indique la BBC.

En juillet dernier, le ministre de l'Intérieur avait annoncé la fermeture de la douane de Bunagana sous contrôle des rebelles du M23. Des responsables de la Direction générale des impôts avaient indiqué au début de la rébellion que ce poste frontière génère entre 400 et 600 000 dollars américains par mois.

Kigali et Kampala sont accusés de soutenir le M23, un mouvement rebelle opérant dans l'Est de la RDC depuis le mois de mai dernier. Ces accusations sont contenues dans les extraits d'un document de 44 pages du groupe d'experts du conseil de sécurité chargé de vérifier le respect en RDC des sanctions et de l'embargo sur les armes décrétées pas l'Onu.

Ces allégations ont été confirmées par les autorités provinciales du Nord-Kivu qui ont indiqué que le M23 bénéficiait des renforts des troupes rwandaises et ougandaises au pied des collines de Mbuzi, Runyonyi et Ntamugenga dans le groupement de Bweza, en territoire de Rutshuru (Nord-Kivu).

L'Ouganda est médiateur du différend qui oppose la RDC au Rwanda concernant la rébellion du M23. Trois sommets de la Conférence internationale de la Région de grands lacs (CIRGL) se sont tenus sur son sol. Ces réunions devraient aboutir à la création d'une force neutre à déployer le long de la frontière entre le Rwanda et la RDC.

Le pays de Yoweri Museveni s'était dit prêt à envoyer ses soldats pour la constitution de cette force neutre. Avant même la constitution de cette force, Kampala menace de retirer ses militaires de toutes les forces de maintien de la paix sur le continent si l'ONU persiste à l'accuser.

(Mise en perspective : Lievine Mbuinga de Radio Okapi)

Classé sous L'info, Maintien de la paix.
Le dernier journal
Le dernier journal
19/09/2014
Loading the player ...