RDC : appel de la société civile pour des sanctions contre le Rwanda

Écouter /

Réfugiés quittant la RDC (Photo : ONU)

A l'issue d'un atelier de deux jours organisé à Goma au Nord-Kivu sur la situation sécuritaire en République démocratique du Congo (RDC), les coordinations de la société civile des provinces du Maniema, de la Province Orientale, du Katanga, du Nord-Kivu et du Sud- Kivu ont exigé dimanche 11 novembre au comité des sanctions de l'ONU de punir le Rwanda, accusé d'agresser et d'occuper une portion du territoire congolais.

« Le comité des sanctions doit adopter des sanctions conséquentes à l'endroit des autorités rwandaises impliquées dans l'agression de la RDC, obliger l'armée rwandaise de se retirer sans délais du sol congolais sans conditions et voter une résolution demandant la CPI à poursuivre les responsables des graves violations des droits de l'homme et des crimes de guerre », a déclaré John Masimango de la société civile du Maniema.

Il a ajouté que le comité des sanctions de l'ONU devra également élargir le mandat de la Monusco en faisant de sa mission celle d'imposition de la paix en vue de la charger d'éradiquer dans un bref délai les groupes armés opérant en RDC comme le Mouvement du 23 mars, (M23), les rebelles rwandais des FDLR, la rébellion ougandaise d »ADF/NALU et les autres milices locales.

Parlant des rebelles du M23, John Masimango, propose qu'ils soient traduits à la Cour pénale internationale (CPI) et jugés pour « des graves violations de droits de l'homme et des crimes contre l'humanité ».

Le comité des sanctions du conseil de l'ONU devrait siéger lundi 12 novembre à New-York, pour statuer sur différents rapports des ONG internationales et experts des Nations unies, accusant le Rwanda et l'Ouganda de soutenir la rébellion du M23, et adopter d'éventuelles sanctions en l'endroit des coupables.

Ces rapports accusent ces deux pays de soutenir le M23-qui sévit dans l'Est de la RDC depuis le mois de mai-sur les plans politique, militaire et logistique.

Dans une lettre adressée au Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki Moon, les représentants des Eglises catholique, musulmane, protestante et évangélique du Rwanda doutent de la crédibilité de ces documents. Ils remettent en question « l'intégrité de ces experts, la méthodologie employée, et les conclusions de ces rapports basées sur des preuves insuffisantes ».

(Extrait sonore : John Masimango de la société civile du Maniema ; propos recueillis par Radio Okapi)

Le dernier journal
Le dernier journal
18/04/2014
Loading the player ...