Population mondiale 2012 : rendre la planification familiale volontaire et accessible à tous

Écouter /

Photo : FNUAP

Le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) a publié mercredi 14 novembre à Londres, son rapport sur la population mondiale en 2012. Dans ce document qui met un accent particulier sur la planification familiale, il est écrit que rendre la planification familiale volontaire accessible à tous dans des pays en développement, réduirait les couts des soins de santé maternelle de 11,3 milliards de dollars par an.

L'UNFPA révèle dans ce rapport que 222 millions de femmes dans les pays en développement ont un besoin non satisfait de planification familiale et qu'un financement de 4,1 milliards de dollars est nécessaire pour répondre aux besoins actuels et à ceux d'une population en pleine expansion.

L'amélioration de l'accès à la planification familiale constitue, de façon démontrée, un bon investissement économique. Un tiers de la croissance économique des « tigres asiatiques » a été attribué à une évolution démographique dans laquelle le nombre d’adultes générant un revenu a dépassé celui des personnes à leur charge. Cette évolution, lit-on dans le rapport, est une conséquence de la planification familiale qui a eu pour effet d'accroître la productivité et d'impulser le développement économique de la région.

Selon les projections d'une étude récente, si au cours des vingt années à venir le taux de fécondité diminuait simplement d'un enfant par femme au Nigéria, l'économie du pays augmenterait d'au moins 30 milliards de dollars. Les avantages ne sont pas seulement économiques.

Le rapport constate que parmi les coûts qui résultent du non-respect du droit à la planification familiale figurent la pauvreté, l'exclusion, la mauvaise santé et l'inégalité des sexes. Au Malawi, par exemple, la non-prise en compte des besoins des adolescents et des jeunes en matière de santé sexuelle et reproductive a contribué aux taux élevés de grossesses non désirées et d'infection par le VIH. Aux États-Unis, indique le rapport, la maternité chez les adolescentes réduit de jusqu'à 10 % la probabilité de l'obtention de leur diplôme de fin d'études secondaires.

La planification familiale apporte d'immenses bénéfices aux femmes, aux familles et aux communautés de par le monde. En permettant aux individus de choisir le nombre de leurs enfants et l'espacement des naissances de ceux-ci, elle permet aux femmes, et à leurs enfants, de vivre en meilleure santé et plus longtemps. A l'avenir, si nous permettons à cent vingt millions de femmes supplémentaires d'accéder à la planification familiale, le nombre de décès des bébés de moins d'un an diminuerait de 3 millions, estime le rapport.

Mais le rapport constate cependant que les ressources financières en faveur de la planification ont diminué et que l'emploi des contraceptifs est resté essentiellement inchangé. En 2010, les contributions accordées par les pays donateurs pour les services de santé sexuelle et reproductive dans les pays en développement ont enregistré un déficit de 500 millions de dollars par rapport aux montants attendus. Durant ces dernières années, la prévalence de la contraception n'a augmenté au niveau mondial que de 0,1 % par an.

(Extrait sonore : Docteur Yves Bergevin, Conseiller principal de santé maternelle pour le UNFPA ; propos recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Classé sous Femmes et enfants, L'info, Santé.
Le dernier journal
Le dernier journal
26/12/2014
Loading the player ...