Paludisme non-africain : mortel mais remédiable, selon RBM et l'OMS

Écouter /

La protection contre le paludisme se poursuit au Niger (Photo : OMS)

Le paludisme demeure un problème de santé en dehors de l'Afrique, mais, tout comme sur le continent, il peut être éliminé si les moyens nécessaires sont alloués.

C'est la principale conclusion du nouveau rapport « Vaincre le paludisme dans les régions Asie, Pacifique, Amériques, Moyen-Orient et Europe », lancé ce vendredi par le partenariat Roll Back Malaria (RBM) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dans le cadre de la conférence de trois jours « Paludisme 2012 : sauver des vies en Asie-Pacifique », qui se tient actuellement à Sidney, en Australie.

En effet, entre trente et quarante millions de personnes en dehors de l'Afrique sont atteintes par cette maladie chaque année entraînant 40 000 à 50 000 décès, selon le partenariat RBM.

Le rapport signale que la résistance aux médicaments et aux insecticides ainsi que le changement de comportements des moustiques posent un défi pour la lutte contre le paludisme.

Néanmoins, si les mesures adéquates sont prises – telles que la distribution gratuite de moustiquaires imprégnées, la pulvérisation d'insecticides dans les foyers, la détection et le traitement précoces— le paludisme peut être réduit de plus de 50% voire éliminé, précise le rapport.

(Extrait sonore : Docteur Éric Mouzin, médecin épidémiologiste au Partenariat Roll Back Malaria ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

Classé sous L'info, Santé.
Le dernier journal
Le dernier journal
19/12/2014
Loading the player ...