Pacte des océans : pour une exploitation halieutique viable

Écouter /

Une réunion d'information concernant le document du « Pacte des Nations Unies pour les océans », du Secrétaire général des Nations Unies intitulé "Des océans en bonne santé pour un monde prospère", a eu lieu lundi 12 novembre au Siège de l'ONU à New York. Nicola Fere, Expert en droit de la mer et de la pêche, à la Mission permanente de l'Italie auprès des Nations Unies à New York, insiste sur l'exploitation durable des pêches dans les océans et explique les efforts en cours pour arrêter les pêches illégales et maintenir les réserves de poissons dans les océans.

Le Secrétaire général Ban Ki-moon avait lancé en août dernier à Yeosu, en République de Corée, cette nouvelle initiative qui vise à protéger les océans et les populations qui en dépendent, appelant la communauté internationale à œuvrer de concert à une exploitation plus viable de leurs ressources et à répondre aux défis auxquels ils font face.

Le Pacte des Nations Unies sur les océans vise à mobiliser et renforcer la capacité du système de l’ONU à soutenir les actions des gouvernements et à promouvoir l’engagement des organisations intergouvernementales et des ONG, mais aussi des milieux scientifiques, du secteur privé et de l’industrie dans la réponse à apporter aux défis de la protection ,de la restauration et de la productivité des océans, « pour le bénéfice des générations présentes et futures ».

Le lancement de cette initiative avait coïncidé avec le trentième anniversaire de l’ouverture à la signature de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer. Considérée comme une véritable « constitution des océans », cette Convention forme la base de toute action nationale, régionale ou mondiale dans le secteur maritime.

Les hommes, a prévenu le Secrétaire général, ont mis les océans en danger et leur font courir des risques de dommages irréversibles du fait de la surpêche, des changements climatiques, de l’acidification des eaux marines, de la pollution, du développement non durable des zones côtières. Sont également en cause les conséquences négatives de l’extraction de ressources qui entraîne une perte de la biodiversité, la diminution du nombre des espèces, la dégradation des habitats marins et la perte de leurs fonctions écologiques.

Pour y remédier, le Pacte sur les océans offre au système des Nations Unies une vision stratégique conforme aux recommandations de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20). Il prend également en charge la mise en œuvre des instruments pertinents existants, en particulier la Convention sur le droit de la mer.

Afin de parvenir à des « océans sains pour la prospérité », le Pacte établit trois objectifs à atteindre: protéger les populations et améliorer la santé des océans; protéger et sauvegarder l’environnement des océans et leurs ressources naturelles; et renforcer la connaissance et la gestion des océans.

L’une des recommandations du Secrétaire général est la création d’un groupe consultatif sur les océans, composé des chefs de secrétariat des agences et organismes des Nations Unies concernés, des décideurs de haut niveau, des scientifiques, des experts de renom spécialisés dans les affaires maritimes, et des représentants du secteur privé, d’ONG, et d’organisations de la société civile. Ce groupe consultatif aura également un rôle de conseil sur les stratégies de mobilisation des ressources qui seront nécessaires à la mise en œuvre du Plan d’action pour le Pacte des océans.

(Extrait sonore : Nicola Fere, Expert en droit de la mer et de la pêche, à la Mission permanente de l'Italie auprès des Nations Unies à New York ; propos recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Le dernier journal
Le dernier journal
26/12/2014
Loading the player ...