Ouragan Sandy : Ban Ki-moon veut tirer toutes les leçons des réponses apportées à la catastrophe

Écouter /

Des maisons cubaines inondées après le passage de l'Ouragan Sandy.

Le Secrétaire général des Nations Unies a informé ce matin l'Assemblée générale de l'impact de l'ouragan Sandy qui a particulièrement affecté fin octobre plusieurs pays des Caraïbes avant de se diriger vers les Etats-Unis et de ravager la grande région de New York. S'adressant au 193 États Membres de l'ONU, Ban Ki-moon a fait valoir que les tempêtes et les urgences font ressortir le meilleur de chacun, avec parfois des comportements héroïques, mais montrent aussi que les diverses réponses à y apporter peuvent être erronées et qu'il y a lieu de les améliorer.

Le Secrétaire général a mis l’accent sur le fait que l'ouragan, qui a d'abord touché les Caraïbes, a affecté cinq millions de personnes dans la région et en a tué 74. Rien qu'en Haïti 60 personnes sont mortes et des centaines de milliers ont été touchées par les inondations et les vents violents. A Cuba, 20%de la population a été touchée. En Jamaïque, en République dominicaine et aux Bahamas, les effets ont été moins graves mais significatifs.

Ban Ki-Moon a indiqué qu’il a exprimé sa solidarité aux nombreux dirigeants des pays touchés et indiqué qu'immédiatement après la tempête cinq millions de dollars ont été provisionnés pour Cuba et quatre pour Haïti au titre du Fonds central d’intervention d’urgence, sans compter les aides sanitaires et alimentaires d'urgence, pour la Jamaïque notamment.

Abordant les conséquences de l'ouragan sur New York et le Siège de l'ONU, Ban Ki-Moon, a noté qu'il y a eu peu de dégâts structurels sur les bâtiments des Nations Unies, mais a déploré certaines failles du système de communication en estimant qu'il faudra en tirer les conséquences. Le Secrétaire général a insisté sur le fait que les activités de l'ONU de par le monde ont été assurées sans interruption. Il s'est félicité qu'il n'y ait eu aucune victime parmi les membres du personnel de l’Organisation, même si certains employés ont vu leurs domiciles endommagés et leur vie quotidienne fortement affectée notamment par les coupures d’eau et d’électricité. parmi les membres du personnel.

Enfin, Ban Ki-Moon a fait remarquer que les conditions météorologiques extrêmes sont la nouvelle normalité, une vérité dérangeante, que tout un chacun y compris les sceptiques ont pu vérifier de leurs propres yeux.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
14/12/2017
Loading the player ...