ONU : l'environnement « victime silencieuse » des conflits

Écouter /

(Photo : ONU)

A l'occasion de la Journée internationale pour la prévention de l’exploitation de l’environnement en temps de guerre et de conflit armé célébrée ce mardi 6 novembre l'ONU souhaite tirer l'attention de la communauté internationale sur l'impact des conflits sur l'environnement.

Souvent considéré comme une « victime silencieuse » des conflits armés, alors que les pertes humaines et matérielles sont toujours comptabilisées, l'environnement est souvent convoité dans le but d’obtenir des avantages militaires, surexploité pour financer les groupes rebelles ou utilisé comme stratégie de survie pour les personnes déplacées.

Au-delà des impacts durant les conflits, le PNUE ajoute qu’au cours des 60 dernières années les contentieux liés aux droits sur les ressources naturelles ont été à l'origine d'au moins 40% de tous les conflits internes –soit des ressources de grande valeur comme le bois de construction, les diamants, l’or et le pétrole, ou des ressources rares, telles que les terres fertiles et l’eau. De plus, les conflits impliquant des ressources naturelles ont deux fois plus de chances de se reproduire.

Les ressources naturelles qui alimentent les conflits empêchent aussi la population locale d'en tirer profit pour se développer.

« Nul pays touché par un conflit n’a encore atteint un seul Objectif du Millénaire pour le développement », affirme le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, dans un message adressé à l’occasion de la Journée.

Pour Ban Ki-moon, la paix durable et le développement après un conflit passent par la protection de l'environnement et une bonne gouvernance des ressources naturelles. "

(Extrait sonore : Samantha Newport, conseillère en communication pour la section post-conflit et gestion des catastrophes du PNUE ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

Le dernier journal
Le dernier journal
22/08/2014
Loading the player ...