OIM/HCR: début des opérations de rapatriement des personnes vulnérables de Khartoum à Aweil au Soudan du Sud

Écouter /

Rapatriement des personnes vulnérables de Khartoum à Aweil au Soudan du Sud (Photo : HCR/V.Tan)

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), en collaboration avec les gouvernements du Soudan et du Sud Soudan, ont commencé ce mardi 6 novembre le transport aérien de 1 370 Sud-Soudanais extrêmement vulnérables de la capitale soudanaise Khartoum, à Aweil, au Soudan du Sud, au Nord de la province de Bahr El Ghazal.

Le pont aérien géré par l’OIM, qui devrait comprendre deux vols charters de 47 places par jour au cours des deux prochaines semaines, permettra de prendre en charge des personnes extrêmement vulnérables du Soudan du Sud et leurs familles qui souhaitent retourner au Sud-Soudan.

Le gouvernement du Soudan et le Centre national pour le retour volontaire des personnes déplacées, au nom de l'Équipe chargée du rapatriement, ont exprimé leur gratitude à toutes les entités qui facilitent le processus de retour des personnes extrêmement vulnérables au Sud-Soudan, en particulier le HCR, l’OIM, l’Autorité de l’aviation civile et d’autres autorités compétentes.

Le groupe comprend des personnes extrêmement vulnérables qui ont été bloquées dans des campements à Khartoum pour un maximum de deux ans et dont l’état de santé les expose à un risque élevé de développer des complications ou de perdre la vie durant le difficile voyage de retour vers le Soudan du Sud. 

Le groupe comprend aussi les personnes âgées et des handicapés, des mineurs non accompagnés, des femmes vulnérables chefs de famille et des femmes enceintes souffrant de complications médicales, que le HCR et les autorités soudanaises ont conjointement identifiés comme nécessitant une aide au retour d’urgence.

Les rapatriés sont parmi près de 40.000 autres Soudanais du Sud qui ont été déplacés et sont sans-abri dans la région de Khartoum depuis 2010, dans l’attente de pouvoir être transportés au Sud-Soudan. Beaucoup ont abandonné leurs emplois et leurs maisons en prévision du déménagement et sont désormais à un risque d’une exposition prolongée aux intempéries.

(Extrait sonore : Jumbe Omari Jumbe, porte-parole de l'OIM)

Le dernier journal
Le dernier journal
24/04/2014
Loading the player ...