Libye : renforcer rapidement le monopole de l'État en matière de sécurité

Écouter /

Le Secrétaire général Ban Ki-Moon (à droite) rencontre Tarek Mitri, son nouveau Représentant spécial et chef de la Mission d'appui des Nations Unies en Libye le 5 octobre 2012 (Photo : ONU/ Eskinder Debebe)

Le Conseil de sécurité a de nouveau examiné ce matin la situation en Libye. Les quinze ont entendu l'exposé de Tarek Mitri, le nouveau Représentant spécial du Secrétaire général et patron de la MISNUL, la Mission d'appui des Nations Unies en Libye. Le Représentant spécial, qui s'adressait par vidéoconférence de Tripoli aux membres du Conseil, est revenu largement sur le défi du maintien de la sécurité et les événements marquants de ces derniers mois, notamment l'attaque sanglante du 11 septembre contre le consulat américain à Benghazi et l'intervention militaire du 24 octobre par les forces gouvernementales pour reprendre le contrôle de Bani Walid.

Tarek Mitri a souligné le rôle actif que la MISNUL auprès des autorités libyennes et la nécessité d'une aide renforcée de la communauté internationale. Il a fait valoir que les événements de Bani Walid, de Tripoli, de Benghazi soulignent la nécessité de décisions politiques rapides et efficaces et de mesures concrètes à prendre dans le domaine de la réforme du secteur de la sécurité.

Ces initiatives comprennent la mise en œuvre d’un mécanisme de coordination de la sécurité nationale, des mesures de sécurité provisoires en attendant la création de nouvelles forces libyennes de défense et de police et leur soutien par un service de renseignements national; le désarmement; la démobilisation et la réinsertion des anciens révolutionnaires; et un programme de contrôle des armes et des munitions.

De cette façon, seul l'État a la responsabilité et la capacité de maintenir la sécurité et a le monopole de l’usage légitime de la force, pour répondre aux attentes de la population.

Tarek Mitri a estimé que la Libye a progressé dans la transformation politique, comme cela a été clair dès les élections de juillet et la formation d’un nouveau gouvernement. Revenant sur les récents combats à Bani Walid, il a déclaré qu’il avait fait part des préoccupations de l’ONU sur la protection des civils au Président et au Premier Ministre et reçu l’assurance qu'ils seraient protégés.

(Extrait sonore : Tarek Mitri, Représentant spécial du Secrétaire général et chef de la MISNUL, la Mission d'appui des Nations Unies en Libye)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...