Israël et Gaza : l'OMS et l'UNESCO déplorent les morts et les blessés pendant les hostilités

Écouter /

Scène de rue dans le camp de réfugiés Shati, dans la bande de Gaza (Photo ONU/Shareef Sarhan)

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué mercredi 21 novembre qu’au moins 132 Palestiniens avaient été tués à Gaza jusqu'à cette date, depuis le début des hostilités entre le Hamas et Israël, dont 30 enfants et 11 femmes. L’OMS précise que le nombre de blessés palestiniens dépasse le millier, parmi lesquels 381 enfants et 186 femmes.

Un représentant du bureau de l’OMS à Gaza, Mahmoud Daher a précisé que plus de la moitié des enfants tués ou blessés étaient âgés de moins de cinq ans. Selon lui, les cliniques et hôpitaux de Gaza peinent à soigner le nombre croissant de victimes et font face à une pénurie de médicaments et d’articles de santé. L’OMS a donc lancé un appel de fonds d’urgence pour 10 millions de dollars afin de pouvoir regarnir les stocks de médicaments et des équipements médicaux à Gaza.

Parmi les personnes tuées à Gaza figurent aussi des journalistes. La Directrice générale de l’UNESCO a condamné mercredi 21 novembre la mort de trois journalistes palestiniens – Mahmoud Al-Komi, Hossam Salameh Mohammed et Abu Eisha – suite aux frappes aériennes du 20 novembre. Irina Bokova a exprimé sa préoccupation devant le fait que des médias ont été pris pour cibles par des frappes aériennes et des tirs de roquettes entre le sud d’Israël et la bande de Gaza.

Elle s'est dite aussi préoccupée des écoles touchées par ces bombardements. Irina Bokova a déclaré que «les frappes contre les écoles, aussi bien à Gaza que dans le sud d’Israël, sont tout aussi alarmantes. Les écoles devraient être pour les enfants un environnement sûr. Attaquer les écoles est une négation du droit à l’éducation qui doit être fermement condamnée.»

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Le dernier journal
Le dernier journal
23/04/2014
Loading the player ...