Industrialisation de l'Afrique : Ban Ki-moon appelle à une accélération pour stimuler le commerce intra-africain

Écouter /

À l’occasion de la Journée de l’industrialisation de l’Afrique, le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon a rappelé que la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement et des objectifs socioéconomiques du Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) passe par une croissance économique durable, largement partagée et équitable.

« Cette année, la Journée de l’industrialisation de l’Afrique met en avant le rôle important que le commerce intra-africain peut jouer dans la réduction de la pauvreté, l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et l’accompagnement du développement durable », a déclaré M. Ban dans son message pour la Journée.

Alors que la croissance de l’économie africaine est l’une des plus dynamiques au monde, le commerce intrarégional ne représente que 10 % des échanges du continent, un pourcentage bien inférieur à celui que l’on observe dans les autres parties du monde.

« De nombreuses contraintes – infrastructures obsolètes, espace économique fragmenté, faibles capacités de production, financements de l’investissement limités et coûts de transaction élevés – entravent l’expansion commerciale de l’Afrique », a rappelé M. Ban

« Ces contraintes doivent être éliminées pour que l’Afrique puisse exploiter pleinement son potentiel économique, relever ses défis socioéconomiques et se développer. La prospérité du commerce intra-africain peut libérer le continent de sa dépendance à l’égard de l’aide internationale et améliorer sa résilience face aux crises macroéconomiques et autres chocs extérieurs », a-t-il ajouté.

L’industrialisation peut contribuer à l’expansion du commerce intra-africain en favorisant la diversification des exportations. Le développement de l’industrie rurale et du secteur agroalimentaire pourrait en particulier aider à libérer de nombreux Africains de la pauvreté. Mais, pour faciliter le commerce des biens et des services, il est primordial de réduire les coûts de distribution en améliorant et en développant les réseaux routier et ferroviaire et les autres infrastructures de communication. De plus, la croissance industrielle exigera des approvisionnements énergétiques accrus et plus fiables.

L’amélioration des infrastructures énergétiques, notamment par des investissements dans les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, permettrait aux pays de produire davantage et d’être plus compétitifs.

« Lors de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio +20) qui s’est tenue au mois de juin, les gouvernements ont souligné la nécessité de se soucier davantage des besoins de développement de l’Afrique. En cette Journée de l’industrialisation de l’Afrique, répondons à cet appel. En nous employant tous ensemble à accélérer l’industrialisation de l’Afrique et à stimuler le commerce intra-africain, nous pouvons assurer un avenir plus viable et plus prospère à tous les peuples du continent », a souligné le Secrétaire général.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

Le dernier journal
Le dernier journal
29/08/2014
Loading the player ...