Haïti : le PAM lance un appel urgent de 20 millions de dollars afin d’aider 425.000 sinistrés

Écouter /

 

Haïti après le passage de Sandy (photo : MINUSTAH)

Près de deux millions de personnes seraient menacées d’insécurité alimentaire à Haïti, qui peinait déjà à effacer les stigmates du séisme destructeur de 2010 quand il a été touché par l’ouragan Sandy la semaine passée. Pour faire face à cette nouvelle catastrophe, le Programme alimentaire mondial (PAM) a lancé ce mardi un appel urgent de 20 millions de dollars afin d’aider près de 425.000 sinistrés à Haïti.

« La sécheresse, la tempête Isaac et l’ouragan Sandy se sont conjugués pour aggraver la situation alimentaire sur l’île », a expliqué Elisabeth Byrs, porte-parole du PAM à Genève. Des distributions du PAM ont commencé aux personnes regroupées dans des abris.

Le PAM rappelle que la «super tempête» a fait des dégâts matériels considérables aux cultures, aux terres, au bétail, à la pêche et aux infrastructures rurales. Des plantations (maïs, haricot, sorgho, pois Congo, pois de souche, bananes, tubercules, arachides, légumes, riz) ont été soit entièrement détruites, soit gravement saccagées par les vents et par les eaux.

Face à cette situation, le PAM a fourni 5 tonnes de vivres alimentaires aux populations touchées par la catastrophe. Plus de 700 familles ont ainsi reçu des kits alimentaires et de l’eau dans le sud du pays. A Port-au-Prince, 2,7 tonnes de biscuits énergétiques ont été distribuées à 5.693 personnes vivant dans des abris provisoires. Depuis hier lundi 5 novembre, le PAM, en coordination avec le Gouvernement haïtien, a entamé la distribution d'une ration alimentaire de 21 jours à 100.000 personnes vivant dans les zones les touchées par le passage de l'ouragan.

Sandy a frappé Haïti le 23 octobre dernier. Ce fut la troisième catastrophe à frapper l’île en l’espace de quelques mois. Entre mai et juin, une grave sécheresse a sévi au moment où démarrait la saison cruciale des cultures de printemps. En août, ce fut au tour de la tempête tropicale Isaac, suivie deux mois plus tard par l’ouragan Sandy.

Les Nations Unies et leurs partenaires humanitaires soutiennent le gouvernement haïtien dans la réalisation de l’évaluation post-catastrophe afin de présenter un tableau complet des dégâts et des besoins en matière de sécurité agricole et alimentaire et permettre une sortie de crise.

Certains endroits du sud, du sud-est et de Grand Anse sont encore en grande partie isolés du fait de la destruction massive des infrastructures routières et autres. La FAO, le PAM, le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires et d’autres partenaires doivent effectuer un relevé de ces zones à l’aide d’un hélicoptère. 

L’équipe humanitaire dépêchée par les pays, le groupe de donateurs qui soutiennent Haïti et le gouvernement haïtien discutent actuellement des prochaines étapes de la réponse à la crise aussi bien dans l’immédiat qu’à moyen et long terme, Ils discutent aussi des moyens de remédier aux causes profondes de la vulnérabilité du pays face aux catastrophes naturelles récurrentes.

(Interview : Elisabeth Byrs, porte-parole du PAM à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Le dernier journal
Le dernier journal
21/11/2014
Loading the player ...