Embargo contre Cuba : l'Assemblée générale réitère sa demande de levée des sanctions à une écrasante majorité

Écouter /

Bruno Rodriguez Parrilla, Ministre des affaires étrangères de Cuba (Photo : ONU/Jennifer S Altman)

Pour la vingt-et-unième année consécutive, et suite à un demi-siècle d'embargo, l'Assemblée générale a demandé ce mardi, à une écrasante majorité, la levée du blocus économique, commercial et financier imposé par les États-Unis à Cuba, depuis 1962.

À cet effet, 188 États Membres se sont prononcés en faveur du texte soumis par Cuba. Les États-Unis, Israël et les Palaos s'y sont opposés, tandis que les Îles Marshall, et les États fédérés de Micronésie se sont abstenus.

Venu présenter le projet de résolution, le Ministre des affaires étrangères de Cuba, Bruno Rodriguez Parilla, a souligné, s'appuyant sur le rapport du Secrétaire général sur l'embargo, que les dommages économiques accumulés durant ce demi-siècle de blocus s'élevaient à 1,66 billion de dollars fin 2011.

Aussi, le diplomate cubain a-t-il affirmé que « malgré le recours à une rhétorique moins stridente et moins menaçante et l'application de mesures partielles visant à l'assouplir », l'administration Obama a durci l'embargo ces quatre dernières années, précisant que les amendes infligées aux sociétés ayant fait affaires avec Cuba, ont atteint plus de deux milliards de dollars, soit deux fois plus que sous les deux mandats de George W. Bush.

Le Ministre des affaires étrangères cubain a également invité Barack Obama à devenir un véritable président du changement en mettant fin à l'embargo et à reprendre un dialogue bilatéral.

Les États-Unis par le biais de leur représentant adjoint auprès des Nations Unies ont déploré les violations des droits de l'homme dans ce pays des Caraïbes, y compris les détentions politiques, et souligné leur appui au peuple cubain par le truchement des transferts de fonds et de l'aide humanitaire entre particuliers et à travers les ONG.

Le Groupe des 77, la CARICOM, la Communauté d’Etats latino-américains et caribéens (CELAC),l'Organisation de la conférence islamique (OCI ), le Groupe des États africains, le MERCOSUR, et plus d'une dizaine de pays, ont tour a tour, de la tribune, exprimé leur appui à la résolution, évoquant la Charte des Nations Unies et de nombreux principes du droit international — souveraineté, libre commerce et droits humains du peuple cubain— tout en dénonçant les conséquences humanitaires et économiques néfastes du blocus.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

Le dernier journal
Le dernier journal
22/08/2014
Loading the player ...