Bosnie-Herzégovine : les violences faites aux femmes, triste héritage de la guerre, constate Rashida Manjoo.

Écouter /

Rashida Manjoo, la Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les violences faites aux femmes (UN Photo Paulo Filgueiras)

La Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les violences faites aux femmes, Rashida Manjoo, a prévenu mardi 6 novembre au terme d’une mission qu’elle a effectuée en Bosnie-Herzégovine, que la hausse des cas de violences domestiques dans ce pays est largement liée à l’héritage de la guerre en Bosnie-Herzégovine. Elle a constaté que de nombreux Bosniaques souffrent de troubles de stress post-traumatique.

La Rapporteuse spéciale a exhorté les autorités bosniennes à veiller à ce que les formes spécifiques de violence sexuelle soient pleinement prises en compte dans la mise en œuvre des initiatives visant à améliorer le fonctionnement de la justice, ainsi qu’à offrir des recours pour les victimes.

Rashida Manjoo a salué le gouvernement pour avoir adopté une stratégie de justice transitionnelle, qui assure l’accès aux réparations pour toutes les victimes civiles de la guerre, y compris les victimes de violence sexuelle.

Cependant, elle a relayé la vive crainte exprimée par des victimes de viol et de tortures en temps de guerre, alors que justice n’a toujours pas été rendue. Selon Rashida Manjoo, la justice transitionnelle devrait assurer la reconnaissance publique des victimes féminines, leur accès aux compensations, y compris pour des dégâts non matériels ainsi que leur autonomisation.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Le dernier journal
Le dernier journal
18/04/2014
Loading the player ...