Assemblée générale : les Palestiniens demandent aujourd'hui le statut d'État non membre à l'ONU.

Écouter /

La Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien est marquée le 29 novembre de chaque année..

En plus de la célébration de cette journée ce 29 novembre 2012, la journée de cette années est historique pour les Palestiniens.

Un projet de résolution ayant pour but de consacrer le changement de statut de la Palestine en tant qu'État observateur non membre des Nations Unies sera soumis au vote de l'Assemblée générale.

La démarche de Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, a évolué. En 2011, il a engagé une procédure pour que la Palestine obtienne le statut d’État membre à l’ONU auprès du Conseil de sécurité (15 membres). L'initiative s’annonçait vaine dès le départ puisque les États-Unis ont menacé d’opposer leur véto.

Un an plus tard, le dirigeant a revu à la baisse ses ambitions. Aujourd'hui il tentera de faire voter une résolution faisant de la Palestine, “entité observatrice” depuis 1974, un État non-membre, mais cette fois auprès de l’Assemblée générale qui réunit les 193 membres des Nations Unies. Seul le Vatican possède aujourd’hui ce statut. La date est symbolique, car le 29 novembre marque aussi l’anniversaire de l’adoption par l’Assemblée générale de l’ONU en 1947 du plan de partage de la Palestine mandataire. Ce dernier prévoyait l’établissement d’un État hébreu et d’un État arabe.

Selon l'Observateur permanent de la Palestine auprès des Nations Unies, Riyad Mansour, « le vote de l'Assemblée devrait entériner la reconnaissance par la communauté internationale d'un État palestinien non membre des Nations Unies. Il doit aussi ouvrir la voie à des négociations avec Israël en vue d'aboutir à la fin de l'occupation du territoire palestinien ».

Lors d'une conférence de presse à l'ONU en début de cette semaine, Riyad Mansour a dit croire que les États Membres de l'ONU allaient voter en majorité en faveur de ce projet de résolution. « Il ne fait aucun doute qu'un consensus global existe autour de la question », a-t-il ajouté.

Intervenant à ce sujet au micro de la Radio des Nations Unies, Abdou Salam Diallo, Président du Comité pour l'exercice des droits inaliénables du peuple palestinien, estime que cette démarche est un pas dans la bonne direction et non une régression, Celle-ci intervient un an après la grande campagne en faveur d'un État palestinien membre, une tentative qui s'est soldée par un échec au Conseil de sécurité.

Interview : Abdou Salam Diallo, Président du Comité pour l'exercice des droits inaliénables du peuple palestinien et Représentant permanent du Sénégal auprès des Nations Unies ; propos recueillis par Maha Fayek

 

 

 

 

Le dernier journal
Le dernier journal
24/10/2014
Loading the player ...