Violences sexuelles durant les conflits : les gouvernements doivent agir

Écouter /

Les auteurs de viols en période de conflits doivent être poursuivis par les gouvernements nationaux, a déclaré jeudi à Genève Zainab Hawa Bangura, Représentante spéciale de l’ONU en charge des violences sexuelles en période de conflit.

Zainab Bangura, originaire de Sierra Leone, a pris ses fonctions il y a un mois, et succède à Margot Wallström.

Selon la nouvelle Représentante de l’ONU, les violences sexuelles ne sont ni “un problème féminin, ni un problème africain”.

“Il y a des violences sexuelles sur les hommes et les garçons, et elles sont commises partout dans le monde, en Bosnie, en Colombie, au Népal, au Mali, en Syrie, en Côte d’Ivoire”, a indiqué Zainab Bangura, lors de sa première visite à Genève depuis sa prise de fonctions il y a un mois.

Selon elle, il y a eu quelque 50.000 victimes de viols en Bosnie-Herzégovine durant la période de conflit, et à ce jour, seuls 12 auteurs de viols ont été jugés par la CPI.

Outre une aide aux gouvernements pour la mise en place d’un cadre légal afin de faciliter les poursuites contre les violeurs, Zainab Bangura a aussi demandé que les forces de maintien de la paix reçoivent une formation spéciale axée sur ces violences avant de prendre leur poste.

(Extrait sonore : Zainab Hawa Bangura, Représentante spéciale de l’ONU en charge des violences sexuelles en période de conflit)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...