Mali : le PAM toujours préoccupé par la situation humanitaire dans le Nord

Écouter /

Les organisations d'aide humanitaire utilisent ce genre de bateaux pour acheminer des vivres dans le nord du Mali (Photo: Anna Jefferys/IRIN).

Les organismes humanitaires sont préoccupés par la détérioration de la situation humanitaire dans le nord du Mali. Aux conséquences du conflit armé s'ajoutent le coût élevé des denrées alimentaires et les inondations récentes qui ont détruit une partie des cultures. Selon le Programme alimentaire mondial, près de 4,6 millions de personnes sont estimées être à risque d'insécurité alimentaire tandis que 560 000 enfants de moins de cinq ans sont à risque de malnutrition aigüe  en 2012.

Une enquête sur la sécurité alimentaire en situation d’urgence (EFSA) au Mali publié ce mois d'octobre montre une détérioration des conditions de vie au Nord, notamment à Tombouctou, Gao et Kidal. Par exemple, les prix des céréales (mil et riz importé) restent très élevés par rapport à la moyenne des cinq dernières années.

Les populations affectées par le conflit sont estimées à 1,63 millions dans les trois régions du nord (Gao, Kidal et Tombouctou) et le nord de Mopti. Les personnes déplacées internes (PDI) sont quant à elles estimées à environ 119 000.

Face à cette dégradation de la situation, le PAM poursuit ses distributions de vivres dans les principales régions touchées et est venu en aide à 250 000 personnes depuis le début du mois d'octobre. L'ONG  Islamic Relief, en partenariat avec le PAM, a mené aussi des activités de prévention de la malnutrition chez les femmes enceintes et allaitantes avec la distribution de 56 tonnes de vivres. Aussi 25 tonnes de rations de couverture ont été distribuées aux enfants de moins de cinq ans. Ces activités ont été menées à Gao dans cinq communes rurales du cercle de Gourma Rharous (Bambara Maoudé, Gossi, Inadiatafane, Ouinerdène et Haribomo). Islamic Relief a aussi lancé les travaux d'aménagement de deux périmètres irrigués à Sheriffène Ergo et Arbichi dans les communes de Rharous et de Serere.

D'autres activités de renforcement de la résilience des populations vulnérables du Programme Alimentaire Mondial (PAM) sont également en cours dans les régions de Kayes, Koulikoro, Ségou, Sikasso et Mopti. Ces programmes incluent la reforestation, la réhabilitation et la prévention de l'érosion des sols, la construction de classes d'écoles et de routes, la création de sources d'eau ainsi que les cultures maraichères.

A la date du 10 octobre, l'appel de fonds humanitaire pour le Mali n'est financé qu'à hauteur de 47%. 100 millions de dollars ont été mobilisés sur une requête de 213 millions de dollars.

(Interview : Elisabeth Byrs, porte-parole du PAM à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...