Libye : alarmé par les combats à Bani Walid, Ban appelle à une sortie pacifique de l’impasse

Écouter /

Restes explosifs de guerre (Photo : Giovanni Diffidenti)

Le Secrétaire général s’est dit dimanche « alarmé » par les combats qui se déroulent à l’intérieur et autour de la ville libyenne de Bani Walid et, en particulier, par les informations faisant état d’une augmentation du nombre de victimes civiles résultant de bombardements aveugles.

Dans une déclaration communiquée hier par son porte-parole, Ban Ki-moon « rappelle à toutes les parties leurs obligations en vertu du droit international humanitaire et appelle […] les autorités libyennes et celles à Bani Walid, d’entamer immédiatement le processus permettant de sortir […] de l’impasse par des moyens pacifiques ».

D’après les médias, les forces armées libyennes auraient lancé un assaut à grande échelle dans cette ville, qu’elles estiment contrôlées par d’anciens soutiens de l’ex-dictateur Mouammar Kadhafi, renversé en 2011 après des décennies de dictature. L’une des dernières localités à tomber aux mains des rebelles, Bani Walid est suspectée par certains d’être restée un sanctuaire de fidèles de l’ancien régime et de bandes criminelles armées. Des combats féroces y ont été signalés au cours des derniers jours.

Dans sa déclaration, le Secrétaire général se dit fermement convaincu que les autorités libyennes doivent être en mesure d’étendre la souveraineté et le contrôle de l’État, ainsi que des services sur tout le territoire de la Libye.

« Lors des élections historiques de juillet dernier, le peuple libyen avait placé sa confiance en l’État et c’est pourquoi le Secrétaire général exhorte tous les Libyens à travailler ensemble pour renforcer la légitimité et l’efficacité des institutions de l’État dans tout le pays. L’État et les milices agissant en son nom ont également une responsabilité envers le peuple de la Libye d’agir pleinement conformément au droit international et, en particulier, le droit international relatif aux droits de l’homme. »

Toutes les personnes impliquées dans les combats à l’intérieur et autour de Bani Walid doivent être conscientes que la communauté internationale suit de près la situation, souligne encore le Secrétaire général.

Ban Ki-moon estime que la situation à Bani Walid peut être résolue d’une manière pacifique qui préserve les droits de tous les citoyens libyens et permette à l’État d’y exercer ses responsabilités, précisant que son Représentant spécial en Libye est activement engagé à aider à désamorcer et à œuvrer à la sortie de l’impasse.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

Classé sous L'info, Maintien de la paix.
Le dernier journal
Le dernier journal
16/04/2014
Loading the player ...